Rétinopathie diabétique : les facteurs de risque et le diagnostic

Quels sont les facteurs de risque?

  • Ancienneté et sévérité du diabète: c’est le facteur de risque le plus important.
  • Diabète mal équilibré: hyperglycémie fréquente ou taux d’hémoglobine glycosylée (HbA1c) supérieur à 7%.
  • Grossesse.
  • Hyperlipidémie (trop de graisse dans le sang).
  • Hypertension artérielle.
  • Problèmes rénaux.
  • Être de sexe masculin: les hommes sont plus atteints que les femmes.
  • Consommation excessive d’alcool et de tabac.
  • Obésité.
  • Manque d’exercice.
  • Un œil déjà atteint.

CHECK-LIST
Prévenir la rétinopathie diabétique :

  • Consultez votre ophtalmologue une fois par an minimum dès la découverte du diabète.
  • Maintenez :
    • une glycémie correcte (votre médecin vous indique la valeur optimale)
    • une tension artérielle optimale
    • taux de cholestérol dans la norme.
  • Adoptez une alimentation équilibrée et pratiquez une activité physique.

Comment le diagnostic est-il posé?

Après les tests de routine, votre ophtalmologue applique des gouttes dans vos yeux pour dilater (agrandir) la pupille afin d’examiner votre rétine à l’aide d’une lame à fente (sorte de microscope). Il prend aussi une photo de votre rétine pour suivre les changements causés par le diabète. La dilatation dure en moyenne de quatre à six heures. Pendant cette période, vous ne pouvez pas conduire, car votre vision est insuffisante.

Pour préciser la forme et la sévérité de la rétinopathie diabétique, une angiographie à la fluorescéine peut également être pratiquée. Cet examen indolore consiste en l’injection intraveineuse d’un colorant qui permet d’observer les vaisseaux sanguins de votre rétine et de détecter des fuites ou des obstructions.

Pour compléter le diagnostic, votre ophtalmologue réalise un OCT (Tomographie en Cohérence Optique), une sorte de scanner à laser. Comme pour un examen habituel, vous posez votre front et votre menton contre le boîtier de l’appareil. Indolore, il permet de mesurer précisément l’épaisseur de la rétine centrale pour déceler la présence d’un éventuel œdème notamment maculaire. Grâce à cet examen, votre ophtalmologue peut évaluer la meilleure option de traitement et suivre l’évolution de la maladie au plus près.

Si la rétine est difficile à examiner (en cas d’hémorragie du corps vitré par exemple), une échographie peut également être réalisée.

Dernière mise à jour : 15/05/2019