Syndrome de l’œil sec : Le traitement

Le syndrome de l’œil sec ne peut actuellement pas être guéri de manière complète. La prise en charge du syndrome vise à traiter la cause :

  • traiter la maladie à l’origine du syndrome.
  • remplacer le médicament source du syndrome par un équivalent qui ne provoque pas cet effet secondaire.
  • changer de lentilles de contact ou réduire leur port à quelques heures par jour. En cas de sécheresse sévère, remplacer les lentilles de contact par des lunettes.

En parallèle, de nombreux traitements efficaces permettent de soulager les symptômes. Dans la plupart des cas, la gêne et l’inconfort sont atténués avec le traitement sans perte de vision.

Traitements locaux

Dans tous les cas

  • Larmes artificielles sous forme de collyres ou de spray, de préférence sans conservateurs.
  • Produits en gel ou pommade.
  • Nettoyage régulier des paupières et des cils avec des produits spécifiques.
  • Des lunettes spéciales chauffantes (à « chambre humide ») pourront vous être prescrites par votre ophtalmologue pour freiner l’évaporation des larmes.

LE SAVIEZ-VOUS
Certaines personnes développent une sensibilité aux larmes artificielles contenant des conservateurs, surtout quand elles sont utilisées souvent dans la journée. Il en résulte une inflammation et une sécheresse des yeux.

Compléments éventuels

  • En cas d’inflammation : anti-inflammatoires, collyre à base de corticostéroïde ou ciclosporine.
  • En cas de sécheresse évaporative: compresses chaudes sur les yeux et/ou « massages » des glandes de meibomius.
  • Traitement avec des collyres à base de sérum contenu dans votre sang (autologue), fabriqué dans la pharmacie des HUG.

Traitement oral

Les suppléments alimentaires riches en omega-3 à base d’huile de lin ou de poissons peuvent apporter une amélioration.

Chirurgie

Dans certains cas, une intervention chirurgicale est envisagée :

  • en cas de sécheresse sévère : votre ophtalmologue bouche les points d’évacuation des larmes situés dans les creux supérieur et inférieur de l’œil à l’aide de bouchons lacrymaux, de manière à conserver les larmes sur l’œil.
  • lorsque les paupières ne ferment pas complètement : une intervention appelée tarsorraphie ou blépharorraphie peut être pratiquée pour les aider à se fermer plus facilement.
  • lorsque la cornée est endommagée : une greffe de membrane amniotique humaine peut s’avérer nécessaire.

Ces interventions sont réalisées sous anesthésie locale en ambulatoire.

+ INFO
Les traitements sont remboursés dans les prestations de base de l’assurance maladie (LAMal) sous déduction de la franchise et de la participation (10% des frais à votre charge). Toutefois, certains types de gouttes ne sont pas pris en charge. Renseignez-vous auprès de votre assurance.

<RETOUR

 

Dernière mise à jour : 08/07/2020