Chirurgie viscérale pédiatrique

Service de chirurgie de l’enfant et de l’adolescent 
Hôpitaux universitaires de Genève 
Rue Willy-Donzé 6 
1205 Genève 

+41 (0)22 372 40 01

Docteure
Ana Calinescu

Docteur
Jim Wilde

Contact from a OG Structure

Service de chirurgie de l’enfant et de l’adolescent 
Hôpitaux universitaires de Genève 
Rue Willy-Donzé 6 
1205 Genève 

+41 (0)22 372 40 01

Docteure
Ana Calinescu

Docteur
Jim Wilde

Image
Image
petit garçon passant une échographie
Contenu

Chaque année, des milliers d’enfants se font opérer dans le Service de chirurgie de l’Hôpital des enfants. Lorsque le système digestif est concerné, c’est l’équipe de chirurgie viscérale pédiatrique qui intervient.  Les causes sont variables. Il peut s’agir de malformations congénitales (présentes depuis la naissance), de maladies acquises au cours de la vie ou encore d’accidents. De manière générale, plus l’enfant est jeune, plus l’indication à une intervention chirurgicale est une malformation congénitale. 

Chirurgie viscérale pédiatrique: du diagnostic à la prise en charge

Contenu

L’équipe de chirurgie viscérale pédiatrique diagnostique et prend en charge les enfants dès leur plus jeune âge et jusqu’à 16 ans. Ils sont adressés par leur pédiatre, les urgences ou à la suite d’une demande directe des parents. 

Pour l’enfant, tout commence par un examen clinique, complété, si nécessaire, par des analyses (sang, urine, selles) et le recours à des techniques d’imagerie médicale (radiographie, échographie, scanner, résonance magnétique par exemple). L’approche mini-invasive (appelée laparoscopie) est privilégiée en fonction des indications, car elle limite le traumatisme opératoire, la taille des cicatrices, les douleurs et la durée d’hospitalisation.   

La perspective d’une opération pouvant être source d’appréhension, l’équipe de chirurgie viscérale pédiatrique de l’Hôpital des enfants prend soin d’expliquer à l’enfant et à ses parents, à l’aide de termes simples, les implications du diagnostic, les différentes options thérapeutiques et le déroulement de la prise en charge. Un langage adapté à l’âge de l’enfant est utilisé pour communiquer avec lui, en utilisant des mots et des expressions qu’il est capable de comprendre et qui peuvent l’aider à diminuer son stress. 

Toutes les interventions sont pratiquées sous anesthésie générale. Un effort est entrepris avec les anesthésistes pour diminuer le plus possible l’inconfort. Ainsi, les médecins tiennent compte du fait que certains enfants sont plus anxieux que d’autres et proposent des approches complémentaires comme l’hypnose ou l’utilisation de casques de réalité virtuelle, pour améliorer leur bien-être. L’expérience montre qu’un environnement qui réduit l’anxiété de l’enfant est favorable à une récupération plus rapide. 

Approche mini-invasive
×
Chirurgie qui réalise les opérations à l’aide d’une caméra et des instruments chirurgicaux très fins introduits à travers des petites cicatrices.

Parmi les pathologies les plus fréquentes

Contenu
  • L’appendicite. Elle représente la première cause de chirurgie en urgence chez les enfants. Il s’agit d’une infection de l’appendice, une petite poche située au début du gros intestin. Elle se manifeste par des douleurs au niveau du bas ventre à droite, accompagnées de vomissements, fièvre ou fatigue. Le traitement consiste à retirer l’appendice. Cette opération se déroule sous anesthésie générale et nécessite une hospitalisation brève (24 à 48 heures) dans les cas simples. Dans les situations plus complexes (appendicite perforée, péritonite) une hospitalisation plus longue peut être nécessaire. 
  • L’invagination intestinale. Elle représente une urgence chirurgicale fréquente chez le nourrisson. Elle survient lorsqu’une portion de l’intestin se retourne sur elle-même (comme un doigt de gant), provoquant une occlusion intestinale.  Elle se manifeste par des douleurs abdominales et des coliques. Le lavement hydrostatique (avec un produit radio-opaque) est souvent suffisant pour remettre l’intestin en place.  Dans rares cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.   
  • Le volvulus intestinal. Il représente une urgence chirurgicale fréquemment rencontrée chez le nourrisson. L’intestin se tord autour de lui-même, en formant une boucle. Il se manifeste par des vomissements verdâtres (dus à la bile) et des douleurs abdominales importantes. Une intervention chirurgicale en urgence est nécessaire.  
  • La sténose hypertrophique du pylore. Il s’agit d’un épaississement du pylore, muscle  situé à la jonction de l’estomac et du duodénum, provoquant des vomissements. Le diagnostic est confirmé par échographie. Une intervention chirurgicale est nécessaire afin de sectionner le muscle épaissi.  
  • La hernie inguinale
  • La hernie ombilicale. Il s’agit de la persistance d’une ouverture des muscles abdominaux au niveau du nombril. Les hernies présentes depuis la naissance se ferment progressivement dans les premières années de vie. Si la hernie ne se ferme pas ou devient gênante, une intervention chirurgicale est nécessaire.  

Et aussi :  

  • La lithiase vésiculaire 
  • Le reflux gastro-œsophagien 
  • Les lésions cystiques de la cavité abdominales (organes solides, mésentère) 
  • Les lésions spléniques 
  • Les traumatismes du foie, de la rate et des autres organes abdominaux 
  • Les maladies inflammatoires du tube digestif 
  • Les cancers de la cavité abdominale, etc. 
Dernière mise à jour : 27/10/2022