Chirurgie plastique pédiatrique

Partager Imprimer

Hôpital des enfants
Rue Willy Donzé 6
1205 Genève 

+41 (0)22 372 46 63

ChirPed.Plastique@hcuge.ch 

Docteur
Giorgio La Scala

Contact from a OG Structure

Hôpital des enfants
Rue Willy Donzé 6
1205 Genève 

+41 (0)22 372 46 63

ChirPed.Plastique@hcuge.ch 

Docteur
Giorgio La Scala

Pour des raisons très diverses, un enfant peut avoir besoin d’une chirurgie plastique, c’est-à-dire d’une intervention visant à réparer des anomalies congénitales, des lésions de la peau et des tissus mous (grains de beautés, anomalies vasculaires) des cicatrices d’un accident ou un défaut esthétique. La chirurgie plastique pédiatrique comprend le rétablissement de l’apparence et des fonctions normales d’une partie du corps qui ne s’est développée comme attendu (par exemple anomalies du visage) ou portant les marques d’un traumatisme (plaies, brûlures). La correction des oreilles décollées est par contre considérée comme une opération esthétique. 

L’équipe de chirurgie plastique pédiatrique des HUG travaille en collaboration avec plusieurs autres disciplines, notamment l’oto-rhino-laryngologie (ORL), la chirurgie maxillo-faciale et l’orthodontie (spécialité dédiée à la correction des mauvaises postures des mâchoires et des dents). La prise en charge multidisciplinaire implique également la participation de généticiennes et généticiens (pour les malformations congénitales), de logopédistes, de psychologues et de psychiatres pour enfants, d’une assistante sociale et d’une infirmière spécialisée.

Un accompagnement personnalisé pour réduire le stress 

Contenu

La perspective d’une opération de chirurgie plastique peut générer de l’anxiété chez un enfant, un adolescent ou une adolescente. Pour diminuer le stress des jeunes patients et patientes et rassurer leurs parents, l’équipe de chirurgie plastique pédiatrique des HUG consacre une attention particulière à expliquer de manière simple les bénéfices et les risques des options thérapeutiques possibles. Elle présente en détail le déroulement de la prise en charge, depuis le diagnostic jusqu’au suivi postopératoire. 

Par exemple, pour la chirurgie des fentes labiales ou palatines, une infirmière spécialisée s’occupe personnellement de la prise en charge des enfants et de leur famille. Lorsqu’un diagnostic est posé avant la naissance de l’enfant, l’équipe de chirurgie plastique pédiatrique et les parents se rencontrent et apprennent à se connaître. Un lien de confiance peut ainsi se créer. 

Un effort est également entrepris en collaboration avec les anesthésistes pour diminuer le plus possible l’inconfort de l’enfant avant, pendant et après l’opération. La plupart des interventions sont effectuées sous anesthésie générale. 

Parmi les motifs de consultation les plus fréquents 

Contenu

Les fentes labiales ou palatines 

Lorsque la lèvre supérieure présente une séparation verticale entre la bouche et le nez, il s’agit d’une fente labiale. C’est l’anomalie crânio-faciale la plus fréquente, avec un nouveau-né concerné sur 700. Elle est susceptible d’entraîner des difficultés alimentaires. Dans ce cas, la fermeture chirurgicale de la lèvre est généralement pratiquée à partir de l’âge de trois mois et l’enfant bénéficie d’un suivi régulier par une équipe pluridisciplinaire.  
La fente palatine est, quant à elle, une séparation de la voûte palatine rendant l’alimentation difficile et créant des difficultés de langage. L’opération est réalisée vers l’âge de un an, avec un suivi pluridisciplinaire. 

Les anomalies vasculaires 

Elles sont dues à un développement anormal des vaisseaux durant la vie intra-utérine ou à une surcroissance des vaisseaux. Les anomalies vasculaires se manifestent par des lésions plus ou moins visibles, superficielles ou profondes, de couleur rouge ou bleue. En fonction de leur type et des risques de complications (cicatrices, déformations), leur prise en charge peut nécessiter un traitement médical, une chirurgie ou un traitement par laser. 

Les oreilles décollées 

Il ne s’agit pas d’un problème d’ordre médical, mais esthétique. Il concernerait environ 5 % de la population et chaque personne le vit différemment. L’intervention chirurgicale peut être envisagée lorsque l’enfant en ressent une souffrance psychologique. Il faut cependant attendre que les oreilles aient atteint une certaine taille, habituellement vers l’âge de sept ans. 

Dernière mise à jour : 08/08/2022