Saignement digestif bas

Le saignement digestif bas désigne les saignements digestifs se situant après le duodénumsegment initial de l’intestin grêle et le début de l’intestin grêle (angle de Treitzdélimite la fin du duodénum et le début du jéjunum) et qui se manifestent généralement par des selles sanglantes.

Les causes principales sont les malformations vasculaires (angiodysplasies), la maladie diverticulaire (diverticulose), les colites, les pathologies proctologiques (hémorroïdes, fissures anales, ulcères rectaux), les polypes de l’intestin  ou le cancer.

L’évaluation initiale inclut l’examen médical, la prise de sang et la stabilisation hémodynamique pouvant inclure une transfusion sanguine. Si le saignement est important et actif, l’évaluation initiale consiste en une gastroscopieexamen permettant d'examiner l'œsophage, l'estomac ainsi que le duodénum (afin d’exclure un saignement haut qui se manifeste par du sang rouge dans l’anus hématochézie, dans 10-15% des cas), puis éventuellement un scanner abdominal.  Si le saignement ne constitue pas une menace vitale, on procède à une coloscopieexploration visuelle, réalisée à l’aide d’une sonde munie d’une caméra introduite dans le rectum, qui sert à mettre en évidence des lésions de la paroi interne du côlon. D’autres examens complémentaires peuvent être requis si l’on ne trouve pas la cause de l’hémorragie.

Traitement chirurgical qu’en dernier recours

Le traitement dépend de la cause du saignement digestif bas. Il consiste à arrêter l’hémorragie par hémostase endoscopique (endoscopieméthode d’exploration visuelle à but diagnostique ou thérapeutique des organes et cavités internes, réalisée à l’aide d’un endoscope, sorte de tube au bout duquel sont fixées une lampe et une caméra
INFO +  L'écho-endoscopie
)  dans la majorité des cas. Une chirurgie n’est que très rarement nécessaire, dans les cas où les autres mesures ont échoué.

Dernière mise à jour : 14/08/2020