Cancer du foie

On distingue plusieurs types de cancer du foie, selon la catégorie de cellules à partir de laquelle il se développe.

  • Le carcinome hépatocellulaire, le plus fréquent, se développe à partir des hépatocytescellules principales du foie qui en assurent les nombreuses fonctions
  • Le cholangiocarcinometumeur rare touchant les voies biliairescanaux par lesquels la bile secrétée par le foie s’écoule dans l’intestin grêle
  • L’angiosarcome, attaquant les vaisseaux sanguins, en particulier suite à l’exposition répétée (notamment professionnelle) à certains produits toxiques
  • Le carcinome fibrolamellaireprenant naissance dans les hépatocytes.

Carcinome hépatocellulaire

Le carcinome hépatocellulaire se développe principalement chez des personnes souffrant d’une atteinte chronique du foie, telle une cirrhosemaladie chronique du foie caractérisée par la prolifération de tissu cicatriciel

Ainsi, les facteurs de risque principaux du carcinome hépatocellulaire sont la cirrhose, mais aussi les hépatites virales chroniques (B et C), l’hémochromatose (absorption excessive de fer par l’intestin), et le NASH (de l’anglais « non-alcoholic fatty liver disease »). Cette dernière atteinte, surnommée « maladie du soda » ou « maladie du foie gras », désigne une stéatose. C’est une inflammation du foie consécutive à une accumulation de graisses. Liée au mode de vie, elle touche les personnes atteintes de diabète, d’obésité et/ou d’hypertension artérielle.

Cancer du foie souvent découvert en cas de cirrhose

Dans la majorité des cas, les personnes qui souffrent de cancer du foie ne présentent pas de symptômes et le diagnostic de carcinome hépatocellulaire est posé lors d’examens de dépistage réalisés en cas de cirrhosemaladie chronique du foie caractérisée par la prolifération de tissu cicatriciel. Plus rarement, le cancer est découvert en cas de décompensation (accumulation de liquide dans le péritoine) d’une cirrhose, de symptômes non spécifiques comme la perte de poids, ou de rupture de la tumeur.

Le diagnostic repose sur des analyses de sang et des examens radiologiques (échographie, scanner et IRM). Selon le degré de risque, le diagnostic peut être complété par une biopsie.

Traitements radiologiques et chirurgicaux du cancer du foie

Chaque cas de cancer du foie est discuté lors d’un colloque multidisciplinaire hebdomadaire, appelé tumor boardréunion de spécialistes de plusieurs disciplines liées au cancer afin de déterminer le meilleur traitement possible pour chaque patiente et patient
INFO +  Tumor Board Tumeurs digestives

Le traitement du cancer hépatocellulaire dépend de l’état du foie (présence ou non d’une cirrhose), du nombre de tumeurs, de leur(s) taille(s), ainsi que de leur(s) localisation(s). Les traitements à disposition sont chirurgicaux et radiologiques. Les différentes possibilités peuvent être une destruction thermique (radiofréquence brûlant la tumeur), une occlusion des vaisseaux qui nourrissent la tumeur (embolisation), une radiothérapie, une chimiothérapie, une ablation chirurgicale (hépatectomieablation d’une partie du foie) ou encore une transplantation hépatique. L‘intervention chirurgicale peut se faire par laparotomiechirurgie ouverte de l’abdomen, par laparoscopietechnique chirurgicale utilisant de petites incisions et une caméra
INFO + La chirurgie minimalement invasive par laparoscopie
ou par chirurgie robotique.

Métastases du foie

Les métastases sont des tumeurs répandues dans d’autres organes à partir d’une tumeur primaire.

Etant donné son rôle dans la filtration du sang, le foie peut être le siège de métastases de cancers du côlon, du pancréas, de l’estomac, de l’utérus et d’autres parties du corps. La présence de métastases est en général le signe d’un cancer à un stade déjà avancé.

En fonction de leurs localisations, ainsi qu’en fonction de la tumeur primaire (par exemple le côlon), les métastases peuvent faire l’objet d’un traitement chirurgical à visée curative en plus du traitement de la tumeur primaire.

Dernière mise à jour : 13/08/2020