Transplantation du foie

La transplantation de foie, ou transplantation hépatique, consiste à remplacer le foie malade par un foie sain prélevé sur une personne donneuse compatible.

Le foie du donneur peut provenir d’une personne décédée ayant fait don de ses organes ou d’une personne vivante, appartenant à la famille proche de la receveuse ou du receveur. Dans ce dernier cas, seule une partie est prélevée, puisque le foie a la capacité de se régénérer tant chez la personne donneuse que chez celle qui le reçoit.

Quand la transplantation du foie devient nécessaire

Les indications à la transplantation hépatique sont multiples. Elles peuvent être le résultat d’une maladie chronique (cirrhosemaladie chronique du foie caractérisée par la prolifération de tissu cicatriciel, certains cancers du foie) ou aiguë (intoxication, hépatite fulminante).

Les indications à une transplantation hépatique font l’objet de critères stricts et sont discutées lors de réunions multidisciplinaires. L’intervention est réalisée par le Service de transplantation.

Pour éviter le rejet de l’organe greffé, la personne transplantée doit prendre un traitement d’immunosuppresseursmédicaments empêchant le système immunitaire de considérer le greffon comme un « étranger » et de le détruire (rejet) et faire l’objet d’un suivi médical à vie.

Dernière mise à jour : 12/08/2020