Les troubles de l’audition chez l’enfant

Partager Imprimer

Une bonne audition est indispensable pour le développement de l’enfant. Le langage, les interactions avec son environnement et les apprentissages scolaires en dépendent. Il est donc important de pouvoir diagnostiquer les troubles de l’audition chez l’enfant dès le plus jeune âge.

Dépistage des troubles de l’audition à la naissance

Le dépistage auditif néonatal permet d’identifier un déficit auditif dans 1 à 3 cas sur 1000 naissances. En âge scolaire, 4 à 19% des enfants font face à ce déficit sensoriel. Celui-ci peut être temporaire ou permanent. Le diagnostic et la prise en charge précoces sont essentiels pour limiter l’impact du déficit sur le développement de l’enfant.

Bilan auditif chez l’enfant

Le bilan auditif est réalisé suite à un dépistage auditif pathologique. A Genève, ce dépistage est systématique à la naissance ainsi que dans les institutions scolaires publiques. Ce bilan est aussi recommandé en cas de suspicion de troubles de l’audition (notamment lors d’un retard de langage). Il a pour but de confirmer ou infirmer le trouble auditif et de le préciser selon différents critères :

  • Degré du trouble (léger-modéré-sévère-profond)
  • Mécanisme en cause (transmission- perception- mixte)
  • Latéralité (unilatéral-bilatérale-symétrie)

Ces précisions sont nécessaires pour décider de la prise en charge la plus adaptée. Le bilan auditif s’effectue au moyen de plusieurs mesures spécifiques en fonction de l’anatomie et l’âge de l’enfant :

  • Les examens objectifs : Ils permettent de s’assurer de l’intégrité des cellules ciliées externes de l’oreille interne et du nerf auditif grâce à un appareil qui enregistre un signal témoin de l’audition de l’enfant.
  • Les examens subjectifs : Lors de ces examens, l’enfant répond à une stimulation auditive permettant d’évaluer notamment  l’audition et  la compréhension.

Déficit auditif permanent

Le déficit auditif permanent peut être congénital ou apparaitre plus tard dans le développement de l’enfant. La cause est souvent génétique (dans 80% des cas). Lors du diagnostic, un bilan effectué en collaboration avec le Service de médecine génétique est proposé si d’autres causes ne sont pas identifiées (post traumatiques, post infectieux, etc). Le degré de déficience auditive est variable (de léger à profond). 

La prise en charge dépend des caractéristiques du trouble (évaluées par le bilan auditif) et de son impact sur le développement de l’enfant. Celle-ci est réalisée en collaboration avec l’unité d’otologie si une chirurgie est envisageable ou avec un audioprothésiste partenaire reconnu par l’AI si l’enfant est candidat à un appareillage auditif. Une prise en charge avec une ou un logopédiste est généralement recommandée. L’Unité ORL collabore avec le SSEJ et le DIP et pour un éventuel soutien pédagogique spécialisé et la mise en place d’aménagements scolaires spécifiques au trouble auditif. L’enfant avec un trouble auditif permanent bénéficie d’un suivi en pédo-audiologie au long court.

Lorsque le déficit auditif est de degré sévère à profond et que l’appareil auditif conventionnel ne permet pas la compréhension de la voix parlée, l’intérêt d’un implant cochléaire est discuté en collaboration avec le Centre Universitaire Romand d’Implants Cochléaires (CURIC). Un bilan de pré-implantation cochléaire peut être effectué, comprenant :

  • Une imagerie de l’oreille (CT et IRM)
  • Un bilan auditif objectif et subjectif
  • Un bilan logopédique
  • Un bilan vestibulaire
  • Eventuellement une évaluation psychologique 
  • Un bilan génétique dans certains cas

Déficits auditifs temporaires

Le mécanisme en cause est principalement de transmission (trouble de l’oreille moyenne ou externe). Le degré de déficience varie de léger à modéré.

Il peut s’agir par exemple d’un bouchon de cire obstruant le conduit auditif externe ou d’une otite séro-muqueuse (sécrétions accumulées dans l’oreille moyenne, derrière le tympan, suite à un rhume  ou une otite).

Le traitement de ces troubles de l’audition chez l’enfant peut être médicamenteux (par exemple pour réduire l’inflammation du rhinopharynx pour que l’oreille moyenne puisse s’aérer) ou chirurgical (nettoyage du conduit auditif externe ou mise en place d’un drain trans-tympanique).

La prise en charge est décidée selon l’impact du trouble auditif sur le développement de l’enfant. Certaines situations se résolvent spontanément et ne nécessitent qu’un simple suivi clinique.

Dernière mise à jour : 10/11/2021