Syndrome d’apnées obstructives du sommeil

Partager Imprimer

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est une obstruction intermittente partielle ou totale des voies aériennes supérieures qui perturbe la ventilation au cours du sommeil. Chez l’enfant l’obstruction survient principalement lors du sommeil paradoxal. Les parents remarquent le plus souvent un ronflement mais d’autres symptômes sont souvent présents comme une mauvaise qualité de sommeil, une énurésie, une fatigue pendant la journée… 

La première cause des troubles respiratoires nocturnes est l’hypertrophie des amygdales et des végétations.

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil est diagnostiqué par un test du sommeil qui peut se faire en ambulatoire, en partenariat avec l’Unité de pneumologie pédiatrique. Un questionnaire rempli avec les parents  ou encore une vidéo de l’enfant dormant à la maison permettent aussi de suspecter un SAOS. 

La taille importante des amygdales ou des végétations (hypertrophie adénotonsillaire) est la cause la plus fréquente du syndrome d’apnées obstructives. Les enfants qui en sont atteints présentent de la fatigue ou au contraire une hyperactivité et une irritabilité. Parfois, des troubles de communication, de déglutition ou de croissance peuvent également être associés. Si l’examen ORL révèle une hypertrophie adénotonsillaire, une opération chirurgicale est proposée (ablation des végétations et/ou ablation partielle ou totale des amygdales). Cette intervention se fait sous anesthésie générale et l’enfant doit être hospitalisé une nuit après l’opération. 

En convalescence les 10 jours qui suivent, l’enfant doit respecter un régime alimentaire spécifique (ne manger que des aliments mous et froid) jusqu’au contrôle ORL. Des antidouleurs sont prescrits. Une polygraphie nocturne à distance (minimum 6 semaines après l’opération) est souvent réalisée.

Dernière mise à jour : 10/11/2021