La plaie oncologique, soins de plaies

Partager Imprimer

Prévalence

  • Environ 6,6% des patients sont atteints d’un carcinome en Suisse.
  • Sites les plus fréquents: sein (49%), cou (21%), torse (18%), aine (17%), tête (13%), autres localisations (2%).

Étiologie des plaies cancéreuses (ulcérées à la peau)

  • Invasion directe par la tumeur primaire ou une métastase.
  • Ulcération ou lésion consécutive à un traitement anticancéreux (chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, électro-chimiothérapie).

Prise en charge

  • Les plaies oncologiques sont des plaies palliatives.
  • Elles sont souvent associées à des gênes importantes telles que la douleur, la mauvaise odeur, les saignements, l’exsudat, le prurit, qui diminuent considérablement la qualité de vie dans les dimensions physiques, psychosociales et spirituelles.
  • Le traitement est basé sur le contrôle des symptômes, la promotion du confort et du bien-être.
  • Les plaies oncologiques sont des plaies chroniques et complexes qui exigent une prise en charge multidisciplinaire et une réévaluation régulière des objectifs de soins en équipe avec le patient.
     
Objectifs des soins de plaiesInterventions pharmacologiques et non pharmacologiques

Gestion de la douleur nociceptive et/ou neuropathique
 
(Peut-être provoquée par la pression de la tumeur, l’exposition du derme, l’inflammation, l’infection, l’œdème et / ou un changement incorrect du pansement)

Douleur de fond (liée à la cause sous-jacente) : antalgie systémique
 
Douleur procédurale/induite par les soins de plaie 
: Systémique : prévoir réserves d’antalgie d’action rapide avant les soins (tenir compte du délai d’action cf. Le bon antalgique au bon moment).

Locale – anesthésiques locaux (ex lidocaïne), Ibuprofène (pansement, ex. Biatain®Ibu), Morphine Le gel de morphine topique) : 10 mg de morphine dans 8 g d’hydrogel.

MEOPA (Mélange Equimolaire d’Oxygène et Protoxyde d’Azote).

Dans les cas de douleurs sévères non contrôlables, une sédation ponctuelle par midazolam peut être envisagée.

Interventions non pharmacologiques : Tenir compte des suggestions du patient (demande de pause, changement de position); Hypnose, Visualisation, Relaxation; Techniques de distraction de l’attention.

Contrôle des odeurs

(dues à nécrose, contamination bactérienne)

Sur la plaie : Pansement au charbon actif (p. ex. Carbonet®), Pansement à l’argent (effet antibactérien) Pansement associant le charbon actif et l’argent (p. ex. Actisorb Silver®) Miel médical (effet antibactérien, anti-inflammatoire – bon effet sur plaies induites par radiothérapie) (ex. MediHoney®) ces pansements ne seront plus remboursés à domicile; metronidazole (gel à 0,75% (broyer les comprimés et les saupoudrer dans la plaie, irrigation avec la solution IV 500 mg/100 ml ovules de métronidazole lors de nécrose du vagin).
 
Environnement
: Aérer la chambre, Neutraliser les odeurs –aromathérapie; poches de stomie : cp de métronidazole ou un édulcorant émietté (ex. Assugrin®)

Contrôle des exsudats

(dus à la perméabilité vasculaire accrue dans la tumeur, effet des enzymes bactériennes)

Écoulements modérés : alginate (ex.Kaltostat®), hydrofibres (ex.Aquacel®), Hydrocellulaire (ex. Mepilex, Allevyn)
 
Écoulement abondant : association plusieurs pansements absorbants (ex. Cutimed Sorbion®)
 
Plaie sèche : hydrogel
 
Nécrose humide : alginate ou hydrofibre (CAVE: maladie artérielle périphérique et diabète).

Prévenir/soigner le saignement spontané et l’hémorragie

(Angiogenèse de la tumeur, thrombocytopénie, croissance tumorale, proximité de gros vaisseaux, infection, radiation antérieure, procédure de soins)

En prévention : pansements non adhésifs (interfaces ex. Mepitel®, Adaptic Touch®)
 
Hémostase – Agents Hémostatiques :
Naturels : - Alginate de calcium (ex. Kaltostat, Algisite®); Cellulose oxydée (ex. Surgicel®, Tabotam®)
Coagulants : Gélatine (couteux, risque d’embolie ex. Spongostan® ; Gelfoam®)
Astringents : Sucralfate d’alun
Sclérosants : nitrate d’argent, acide trichloroacétique Vasoconstricteurs (saignements difficiles): Acide tranéxamique; Adrénaline 1:1000 – appliquer localement dans une gaze imbibée
 
Radiothérapie

Contrôle du prurit
(Maladie hépatique, tumeurs sous la peau)

Crème à la cortisone

Produits au menthol

Crème barrière au miel (ex. Medihoney®)

Réfection des pansements

1. Préparation du lit de la plaie (prudence: risques/bénéfices en cas de douleur ou hémorragie)

  • Nettoyage au NaCl 0,9%, solution de Ringer®, ou à l’eau tiède + savon doux/douche.
  • Les plaies malignes sont toujours colonisées.

2. Si débridement nécessaire–> autolytique à l’aide d’Alginates (d’hydrogels : les hydrogels ramollissent mais ne sont pas fibrinolytiques) et du maintien d’un milieu humide (éviter la surinfection en retirant les croûtes, ou encore en enlevant avec précaution la nécrose (molle), responsable d’odeurs désagréables.

3. Les choix des pansements sont fait en fonction des symptômes de la plaie mais aussi en fonction du souhait du patient, de son confort et esthétisme.

  • Éviter la superposition de différentes familles de pansements (parfois nécessaire pour permettre une réfection moins fréquente) et tenir compte du coût du pansement et de son remboursement.
  • La fréquence des changements de pansement doit aussi s’adapter à la nature de la plaie.

4. Recouvrement des pansements : compresses, pansements hydrocellulaires, absorbants (ex. Zétuvit®). Penser à protéger la peau péri lésionnelle (protecteur cutané type crème protectrice, crème de zinc, crème barrière miel film protecteur en spray…).

5. Fixation des pansements : Utiliser le moins d’adhésif possible (ex. Micropore) ou type siliconé (ex. Mépitac®). Fixation dans les plis cutanés, les régions mobiles avec un bandage tubulaire en jersey extensible (ex. Tubifast®) Surgifix®/Culottes jetables en filet.

Dernière mise à jour : 03/03/2021