Démarche de prise de décision

Partager Imprimer

Le processus de décision gagne en efficacité lorsque l’équipe anticipe la situation de crise potentielle. Elle s’y prépare sereinement en explorant les différents scénarios d’intervention avec le patient et ses proches, dans une démarche de décision partagée.

Quelles en sont les étapes ?

  1. Déterminer les répercussions sur le confort et sur la qualité de vie de ce patient (utiliser des outils d’évaluation, prendre connaissance des discussions documentées dans le cadre du projet de soin anticipé).
  2. Etablir les priorités de prise en charge.
  3. Déterminer quels sont les risques et les inconvénients liés au bilan étiologique et au traitement d’un symptôme invalidant par rapport aux bénéfices potentiels. Evaluer avec le patient l’impact sur sa qualité de vie.
  4. Peser les avantages et les bénéfices du traitement de ce symptôme avec le patient.
  5. Prendre ensemble (patient, ses proches et l’équipe soignante) la décision optimale dans cette situation.

Toute décision doit être prise pour un temps déterminé et réévaluée régulièrement, mais au moins lors de toutes les modifications de l’état du patient.

En cas de doute, évaluer la capacité de discernement du patient pour une décision donnée, rechercher le cas échéant s’il a écrit ou fait part de directives anticipées et/ou s’il a désigné un représentant thérapeutique.

+ INFO
Les prévalences des symptômes et certaines prises en charge sont centrées sur les patients atteints d’une maladie oncologique avancée; néanmoins, de nombreux points sont aussi adaptés les patients atteints d’une maladie évolutive non oncologique.

Dernière mise à jour : 23/02/2021