Delirium

Partager Imprimer

Prévalence

De 28% jusqu’à 88% dans les derniers jours de vie.

Conséquence

Augmente le risque d’hospitalisation, la durée de l’hospitalisation, le risque de complications, la difficulté de prise en charge des comorbidités, le déclin fonctionnel, la mortalité et le coût des soins.

Définition

Syndrome organique cérébral caractérisé par la survenue aiguë de troubles de l’attention et des fonctions cognitives habituellement accompagnés de désordres psychomoteurs (augmentation et/ou diminution de l’activité, perturbation du cycle veille/sommeil) et de la perception (hallucinations).

Sous-types : hypoactif (le plus fréquent, difficile à reconnaître et sousdiagnostiqué), hyperactif, mixte.

Prise en charge

Mesures étiologiques

A prendre en charge en premier lieu, selon les possibilités et les objectif des soins. Les étiologies médicamenteuses, métaboliques et infectieuses sont les plus faciles à traiter et offrent les meilleurs taux de réversibilité du delirium.

Mesures générales

S’adapter à l’état et au rythme du patient, utiliser des phrases simples, réorienter régulièrement, reproduire l’environnement familier (habits, photographies, éclairage), horloge et calendrier, structurer la journée, mettre les lunettes/appareil auditif, assurer une hydratation adéquate, limiter les cathéters, éviter la contention, mobiliser le patient, une présence rassurante.

Informer et soutenir les proches, demander des informations sur les habitudes de vie.

Mesures médicamenteuses symptomatiques

1er choix : halopéridol PO > SC, se donner un délai de 24 heures pour évaluer l’efficacité; dose initiale: 0.5-1 mg/8h PO/SC; réserve: 0.5-1 mg

2ème choix :

  • Neuroleptiques atypiques (quétiapine, olanzapine, rispéridone), moins étudiés, moins de risque de syndrome extrapyramidal.
  • Neuroleptique sédatif (levomepromazine).
  • Considérer adjonction de benzodiazépine (lorazepam) en cas d’anxiété majeure, mais attention risque d’aggraver la confusion.

Confusion Assessment Method

1 + 2 + 3 ou 4 = diagnostic posé avec certitude
1. Début brusque, fluctuation pendant la journée
2. Inattention
3. Pensée désorganisée
4. Altération de la conscience (alerte, hypervigilant, léthargique, stuporeux, comateux)

Facteurs prédisposants
Age - abus d’alcool - troubles cognitifs préexistants - sévérité de la pathologie sous-jacente.

Facteurs précipitants
Médicaments (psychotropes, opiacés, antibiotiques, etc.) - infections pulmonaires ou urinaires - troubles métaboliques (Na, K, Ca, fonction rénale, hépatique), anémie, déshydratation, hypoglycémie, troubles endocriniens, hypoxémie - globe urinaire, fécalome - tumeurs cérébrales, AVC - sevrage OH, médicaments - douleur, épilepsie - défaillance multiorganique.

Facteurs aggravants
Environnement (déprivation sensorielle, changement de milieu) - Symptômes non contrôlés - Stress psychosociaux - Stress existentiel, spirituel.

Dernière mise à jour : 24/02/2021