Trachéotomie : l’intervention

Partager Imprimer

Comment se déroule l’intervention?

Au bloc opératoire, vous êtes endormi par l’anesthésiste. Le chirurgien, palpe le cou manuellement et localise précisément la zone d’incision, puis effectue la trachéotomie.

L’opération dure environ une heure. Le choix du matériel (canule) dépend de votre morphologie et de la raison pour laquelle la trachéotomie est effectuée.

Quelles sont les complications possibles?

Les complications suivantes peuvent survenir, à une fréquence variable, selon les indications de la trachéotomie:

  • Des douleurs postopératoires toujours transitoires seront calmées par des antalgiques.
  • Dans moins de 10 % des cas, il se peut que la canule soit inconfortable. Il est important de signaler à l’équipe toute gêne, afin que votre traitement antidouleur soit adapté précocement et, au besoin, que le type de canule soit changée.
  • Un obstacle au passage de l’air dans la canule par l’accumulation de sécrétions épaisses survient fréquemment (bouchon muqueux, trachéite). En effet, comme l’air ne passe plus par le nez et la gorge, mais directement par la canule, il faut que celle-ci soit libre de tout obstacle. L’adaptation d’un nez artificiel sur la canule (sorte de filtre) ou l’usage d’un humidificateur ou d’un aérosol sont souvent nécessaires. Les soignants vous enseignent minutieusement les soins de canule et veillent également à vous assurer une bonne hydratation.
  • Une infection des voies respiratoires (pneumonie) n’est pas rare et est traitée efficacement par le médecin de l’unité.
  • Une infection de l’orifice survient dans moins de 5% des cas. Un traitement local et une antibiothérapie suffisent. Une désinfection rigoureuse et des soins adaptés parviennent le plus souvent à éviter cette complication.
  • Des saignements peuvent survenir après l’intervention. En général, ils sont mineurs et se résorbent sans traitement particulier. Dans moins de 5% des cas, une ré-intervention s’avère nécessaire.
  • Un œdème du cou est habituel au début. Parfois, il persiste. Une réadaptation de la canule de trachéotomie est alors envisagée.
  • Dans moins de 1% des cas, de l’air peut passer dans la plèvre et le poumon se rétracte sur lui-même (pneumothorax). Cette complication est traitée par un drainage de la cavité thoracique.

+ INFO
Il est important de bien vous hydrater (eau, thé, bouillons, jus de fruits…) afin que les sécrétions au niveau de la trachée restent fluides. Si vous ne buvez pas assez, elles deviennent épaisses et visqueuses et gênent le passage de l’air.

«Je toussais sans arrêt depuis des semaines et j’avalais ma salive de travers. La trachéotomie a stoppé mes fausses routes.»
Rose-Marie (53 ans)

Dernière mise à jour : 06/11/2019