Risques et effets secondaires de la vaccination contre le Covid-19

Partager Imprimer
Quels sont les risques liés à la vaccination ?

Le seul risque grave connu à court terme est celui d’une réaction allergique chez les personnes qui ont déjà fait dans le passé des réactions allergiques graves à un vaccin ou un médicament. Ces réactions sont faciles à traiter.

Dans de très rares cas, une inflammation du muscle cardiaque (myocardite)  ou du péricarde a été observée dans les quatorze jours suivant l’injection, essentiellement chez des hommes de moins de 30 ans. La plupart de ces cas sont bénins et traités facilement.

Contrairement aux idées reçues, il n’existe pas de risque de modification de notre génome. L’ARN ne pénètre pas dans le noyau des cellules, où se trouve l’ADN. Il reste dans la partie externe des cellules et est dégradé en 48 heures environ. Il n’y a donc aucun risque de toxicité génétique, c’est-à-dire de modification de notre génome.

En savoir plus sur la sécurité des vaccins

Est-ce sans risque de se faire vacciner pendant un traitement de chimiothérapie ?

Des données manquent sur cette question, car les patients en chimiothérapie n’ont pas été inclus dans les études. Par contre, nous savons que la chimiothérapie (ou l’immunosuppression) fait courir un risque de COVID-19 grave et que le vaccin peut ne pas être efficace à cause des traitements. C’est pourquoi, il faut choisir avec son médecin le meilleur moment de la vaccination par rapport aux traitements, que ce soit une chimiothérapie ou un traitement immunosuppresseur.

Les vaccins peuvent-ils provoquer des dérèglements hormonaux ?

Certaines femmes ont décrit des règles plus abondantes ou plus courtes. Selon Swissmedic, l’autorité sanitaire suisse, qui a étudié ces cas, il s’agit un phénomène bénin et transitoire, qui peut apparaître en cas d’infection. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir.

Qu'est-ce que le « bras COVID » ?

Il s'agit de rougeurs et de gonflements, parfois importants, qui apparaissent sur le bras dans lequel le vaccin a été administré. Ces réactions au point d'injection surviennent le plus souvent une semaine environ après la vaccination. Elles ont été plus fréquemment constatées suite à l'administration du vaccin Moderna. Selon les connaissances actuelles, environ 8 personnes vaccinées sur 1000 développent de telles réactions après la première dose. Pour 2 personnes vaccinées sur 1000, ces symptômes apparaissent après la deuxième injection. 

Si la réaction intervient après la première dose de vaccin, il ne faut pas pour autant renoncer à la deuxième injection. Cela ne signifie pas non plus que vous aurez la même réaction après la deuxième dose. Il est important que vous receviez les deux doses afin que vous bénéficiiez de la meilleure protection possible contre le coronavirus. Il faudra prévoir d'injecter la seconde dose plutôt dans l'autre bras. 

Selon les connaissances actuelles, il s'agit de réactions passagères liées au développement du système immunitaire de l'organisme. Désagréables mais inoffensives, elles disparaissent après quelques jours, sans traitement, et sont sans conséquences à plus long terme. Vous pouvez appliquer du froid pour en atténuer les effets. 

Dernière mise à jour : 02/02/2022