Consultations de psychiatrie : la prise en charge

Partager Imprimer
Psychiatrie adulte : consultations psychiatriques

Les centres ambulatoires psychiatriques et psychothérapeutiques intégrés (CAPPI) permettent à toute personne présentant un trouble psychique de bénéficier d’une large palette de soins, incluant des consultations de psychiatrie, dans l’un des trois secteurs géographiques du canton (à savoir les Eaux-Vives, la Jonction et la Servette).

Ce maillage garantit un accès facile à une prise en charge individualisée, assurée par des équipes multidisciplinaires (médecins psychiatres et psychothérapeutes et/ou psychologues, infirmiers, assistants sociaux, etc.) qui travaillent en collaboration étroite avec le réseau sociosanitaire du secteur concerné. Les CAPPIs constituent ainsi le pilier de la psychiatrie communautaire, élément clé du bon fonctionnement de la psychiatrie.

Prise en charge intensive et communautaire

Les CAPPIs comprennent :

  • Un pôle crise de soins ambulatoires aigus pour les patients avec des problématiques psychiatriques diverses et pouvant être traités de manière intensive sans être hospitalisés
  • Un pôle communautaire proposant des soins ambulatoires aigus ou non aigus, pour les personnes qui souffrent de troubles psychiques sévères et nécessitant une prise en charge institutionnelle à plus long terme.

Trois modalités de suivi sont proposées : 

  • Les consultations de psychiatrie, avec un suivi régulier par le médecin et l’infirmier référents
  • Les programmes de jour (avec un bilan d’entrée pour organiser le plan de soins, des interventions médicales, infirmières et sociales individuelles, des mesures d’accompagnement pour favoriser la réinsertion socioprofessionnelle, etc.)
  • Les soins communautaires intensifs, avec des visites à domicile pour les patients qui nécessitent un renforcement de leur prise en charge (p. ex. suite à une dégradation de leur situation clinique ou sociale).

Bien que chaque pôle s’adresse à une population distincte, un transfert de l’un vers l’autre est possible.

La prise en charge est effectuée dans une optique de partenariat au sein duquel le patient, son entourage et l’équipe du CAPPI sont reconnus comme détenant leurs propres champs d’expertise. Les consultations de psychiatrie se déroulent selon cette approche.
En cas de nécessité clinique, des lits sont disponibles pour des séjours de courte durée ou pour un appui ponctuel de nuit sans hospitalisation.

À noter que l’efficacité du traitement intensif dans la communauté a été démontrée par des études à l’étranger et en Suisse.

Critères d’admission pour les consultations de psychiatrie

L’arrivée dans l’un des trois CAPPIs du canton peut emprunter différentes voies :

  • Les urgences psychiatriques, qui peuvent être amenées à constater chez un patient la présence de difficultés psychiques suffisamment importantes pour justifier une prise en charge intensive par les équipes des CAPPI, en accord avec la personne concernée.
  • Le médecin généraliste ou le médecin psychiatre, lorsqu’un patient traverse une crise importante (généralement suite à un événement déclenchant, p. ex. perte d’emploi, deuil ou maladie grave). La décision concertée d'une prise en charge dans un CAPPI repose sur un examen de la situation du patient, la question de ses ressources et du soutien de son entourage étant déterminante.
  • L’équipe médicale d’une unité dans laquelle le patient vient de séjourner pour un problème de santé somatique ou psychiatrique. Typiquement, la période qui suit un séjour en hôpital psychiatrique peut s’avérer délicate. Une prise en charge dans un CAPPI permet alors d’assurer un suivi post-hospitalier cohérent et solide.
  • Le patient lui-même, lorsqu’il fait face à une recrudescence de ses difficultés hors de tout suivi médical.

Les équipes mobiles

Des soins dans la communauté sont proposés aux patients ayant des difficultés à accéder aux soins ambulatoires, afin de garantir leur prise en charge. Il peut s’agir de personnes présentant des troubles psychiques graves et/ou limitées dans leur mobilité. Des équipes mobiles fournissent, sur leur lieu de vie, toutes les prestations habituelles des consultations ambulatoires.

Pôle de psychiatrie transculturelle

Le groupe psychiatrie transculturelle étudie les caractéristiques épidémiologiques des populations fortement précarisées. Leurs travaux sont axés entre autres sur les facteurs de fragilisation, les éléments pronostiques et les solutions thérapeutiques les plus favorables. Il assure le suivi ou apporte son expertise, en particulier dans la prise en soins de patients requérants d’asile en situation administrative précaire.
 

Dernière mise à jour : 02/02/2022