Les indications à la résection pulmonaire

La tumeur pulmonaire

Le type de résection est déterminé par la nature de la tumeur, sa taille, sa localisation et sa dissémination :

  • la segmentectomie est utilisée pour les petites tumeurs
  • la lobectomie, si la tumeur est plus grande ou trop proche du cœur
  • la pneumectomie (rare), lorsqu’il est nécessaire d’enlever un poumon entier pour supprimer la tumeur.

Lorsque la tumeur est de nature maligne, des ganglions autour du poumon et du cœur sont également prélevés et analysés afin d’établir l’existence ou non d’une dissémination.

SAVIEZ-VOUS ?
Aux HUG, 80% des résections pulmonaires s’effectuent par voie minimalement invasive.

L’infection pulmonaire

Une résection pulmonaire peut être indiquée lorsqu’un traitement par antibiotique est inefficace. Par exemple, en cas de :

  • tuberculose
  • infections bactériennes à répétition, si les bronches sont dilatées (bronchiectasies)
  • infection fongique (aspergillose). Dans ce cas, la lobectomie est la résection la plus fréquente.

L’emphysème

Le tabagisme et certaines maladies peuvent endommager le poumon par la formation de bulles. On parle alors d’emphysème. Si celui-ci devient trop important, une résection chirurgicale est parfois envisagée.

Maladies inflammatoires du poumon

En cas de maladie inflammatoire du poumon, une biopsie est indiquée pour préciser le diagnostic et mieux cibler le traitement. En général, une ou plusieurs résections wedge suffisent.

Nodule pulmonaire suspect

Dans certains cas, une biopsie à l’aiguille n’est pas réalisable en raison de la taille ou de la localisation du nodule pulmonaire. Une résection wedge est alors indiquée pour poser le diagnostic. En cas de tumeur maligne, la résection est élargie (lire La tumeur pulmonaire).

Dernière mise à jour : 24/07/2019