Neurochirurgie fonctionnelle

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

Complément d'adresse
Bât C, niveau 2

La neurochirurgie fonctionnelle vise à ajuster les fonctions des réseaux neuronaux impliqués dans le mouvement, la spasticité, la douleur ou le comportement. Par la modulation de certains groupes de neurones, le chirurgien peut augmenter ou diminuer leur activité à des fins thérapeutiques.

Ultrasons focalisés guidés par IRM

Les ultrasons focalisés guidés par IRM (MRgFUS) sont une technologie novatrice utilisant un casque émettant une multitude de faisceaux ultrasons à haute énergie pour réaliser des lésions cérébrales de petite taille à un endroit stratégique. 

À l'heure actuelle, les indications à ce traitement sont le tremblement essentiel handicapant pharmaco-résistant ou pharmaco-intolérant et la maladie de Parkinson de forme tremblante, asymétrique et invalidante malgré un traitement médicamenteux optimisé. D’autres formes plus rares de tremblement peuvent aussi bénéficier de ce type de procédure tel que le tremblement de Holmes ou le tremblement cérébelleux. Le syndrome akinétorigide de la maladie de Parkinson et les dystonies invalidantes deviendront probablement une indication dans le futur.

Le traitement se déroule dans une salle IRM pour garantir un contrôle optimal de la cible. La procédure dure environ 3 heures. Il n’y a pas d’anesthésie, hormis une anesthésie locale de la peau pour fixer un cadre dit de stéréotaxie. Il n'y a pas d’incision de tissus. Les ultrasons focalisés se propagent au travers du crâne et vont se concentrer sur une cible précisément choisie par le neurochirurgien. L’énergie des ultrasons est augmentée progressivement ce qui induit une élévation de température du tissu. Avec peu d'énergie, on obtient un effet réversible sur le tremblement ce qui permet de vérifier la bonne position de la future lésion grâce à la thermométrie IRM. L’équipe médicale teste ensuite cliniquement l’efficacité du traitement et l’absence d’effets secondaires. Une fois la zone thérapeutique définie, la température est élevée permettant une lésion définitive de petite taille. L’effet bénéfique est immédiat. Il existe une amélioration fonctionnelle et de la qualité de vie. Le tremblement peut en partie réapparaître mais la plupart des patients gardent une amélioration durable et significative sur leur qualité de vie.

Les effets secondaires sont très réduits. Il peut s'agir d'un certain inconfort pendant la procédure sous la forme de maux de tête, de vertiges ou de nausées. Après la procédure, des fourmillements autour de la bouche, des difficultés pour parler ou pour marcher peuvent survenir. Dans la majorité des cas, ces effets secondaires sont transitoires, avec un faible risque de déficit résiduel à long terme.

La contre-indication principale à ce traitement sont les maladies avec un risque hémorragique augmenté et notamment les patients porteurs d’anévrysme artériel intra-crânien et ceux chez lesquels un arrêt de leur traitement anticoagulant ou antiagrégant ne pourrait pas être réalisé deux semaines avant la procédure et quelques jours après. De plus, l'éligibilité à ce traitement dépend de la densité du crâne, qui est variable selon les individus (environ 10% des patients sont non éligibles). 

La procédure MRgFUS nécessite un bilan pré-interventionnel de quelques jours réalisé en hospitalisation. Son but est de s’assurer de la bonne éligibilité du patient.

Renseignements : Dre Vanessa Fleury
Email : Vanessa.FleuryNissen@hcuge.ch

HIFU1st

Stéréotaxie

Il s’agit d’une technique utilisée en neurochirurgie pour atteindre de manière précise des zones difficilement accessibles du cerveau. Elle permet de  procéder à des biopsies cérébrales profondes, effectuer une radiothérapie focale de haute précision, ou implanter des électrodes cérébrales profondes.

Stimulation cérébrale profonde

Cette approche a d’abord été employée pour les troubles du mouvement comme dans la maladie de Parkinson. Plus récemment,  elle a apporté la preuve de son efficacité dans des cas précis lors de troubles psychiatriques tels que le syndrome de la Tourette, les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et la dépression. La stimulation cérébrale profonde est utilisée aux Hôpitaux Universitaires de Genève, grâce à la collaboration multidisciplinaire avec le service de neurologie.

Chirurgie de la douleur

La douleur peut être soulagée chirurgicalement si elle est d’origine neurologique.  C’est le cas pour certaines maladies  telles que la névralgie du trijumeau si elle répond mal à un traitement médicamenteux. Plusieurs techniques peuvent être utilisées comme les ablations ou la modulation de partie spécifique du système nerveux.

Traitement de la spasticité

La spasticité est un trouble du système moteur caractérisé par des contractions involontaires des muscles. Elle peut survenir dans le cadre de nombreuses pathologies cérébrales et spinales (colonne vertébrale). La mise en place d’une pompe à Baclofène intrathécal permet de diminuer les symptômes et favorise la fonction neuromusculaire.

Radiochirurgie

La radiochirurgie est une technique non invasive. Elle permet de traiter des tumeurs bénignes, des métastases cérébrales et certaines malformations artérioveineuses sans avoir recours à un geste chirurgical.  A l’aide d’un faisceau de rayons, elle consiste à irradier de manière très précise la zone concernée du cerveau. Avant chaque radiochirurgie, une discussion multidisciplinaire a lieu pour garantir un traitement optimal.

Dernière mise à jour : 16/06/2022