Information sur la variole du singe

Partager Imprimer
Monkeypox

Après plusieurs cas en Europe et en Amérique du Nord, la Suisse a détecté deux cas de variole du singe (Monkeypox en anglais), dont un à Genève. Cette zoonose est habituellement transmise à l’homme dans les zones forestières d’Afrique du Centre et de l’Ouest par des rongeurs sauvages ou des primates, mais une transmission interhumaine est également possible.

Le virus peut être transmis par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes (salive, éternuements, postillons). On peut également se contaminer au contact de l’environnement du malade. Il est donc important que les malades respectent un isolement pendant toute la durée de la maladie.

Cette maladie se traduit d’abord par une fièvre, accompagnée parfois de symptômes grippaux (maux de tête, douleurs musculaires, maux de dos, gonflement des ganglions lymphatiques, frissons, fatigue). Elle évolue rapidement en éruptions cutanées, avec apparition de vésicules, puis formation de croûtes. A ce stade, les cas rapportés en Europe sont majoritairement modérés.

Pour davantage d’informations, lire les réponses aux questions fréquentes.
 

Dernière mise à jour : 25/05/2022