Les troubles du langage (aphasie)

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

  • Plan d'accès

    INFORMATIONS Patients (réception, consultations, rendez-vous)
    +41 (0)22 372 83 18
    +41 (0)22 372 83 20

    SECRETARIAT Ambulatoire
    +41 (0)22 372 83 18
    +41 (0)22 372 83 57

    SECRETARIAT Hospitalisation
    +41 (0)22 372 83 03
    +41 (0)22 372 83 04
    +41 (0)22 372 83 05

    INFORMATIONS administratives
    +41 (0)22 372 83 02

Photo du Médecin-chef Andreas Kleinschmidt
Professeur
Andreas Kleinschmidt
Médecin-chef de service

L’aphasie est la perte totale ou partielle du langage. Elle apparaît le plus souvent après une lésion dans l’hémisphère gauche du cerveau. Elle entraîne des difficultés à parler, mais aussi à comprendre, lire ou écrire. La communication et les relations sociales dans leur ensemble en sont affectées. L’aphasie ne doit pas être confondue avec des difficultés d’articulation (dysarthrie), de voix (dysphonie) ou une perte de l’audition (hypoacousie).

Comment cela se manifeste-t-il ?

L’aphasie affecte l’expression ou la compréhension à des degrés variables. La personne sait généralement ce qu’elle veut dire mais les mots ne sortent pas ou pas correctement. Chez certaines personnes, ce trouble est très discret. D’autres, ont tendance à se répéter, déformer ou échanger des mots, s’exprimer en style télégraphique (sans conjugaison ni mot de liaison) ou produire des sons sans signification. Dans certains cas, elles ont totalement perdu la faculté de s’exprimer.

D’autres patients s’expriment mieux mais comprennent mal. Ce trouble peut passer inaperçu au premier contact. La personne compense parfois grâce au contexte ou avec des éléments non-verbaux (mimiques, gestes, etc.). Les difficultés plus importantes apparaissent au cours de discussions plus complexes ou d’une conversation à plusieurs

Très souvent, des difficultés similaires existent en parallèle en écriture et en lecture. Il n’est donc pas possible de communiquer par ces moyens.

Conseils aux proches

  • Maintenez le plaisir de communiquer. Votre rôle n’est pas d’entraîner le langage mais de préserver les échanges. Par exemple en ciblant les discussions sur des thèmes appréciés ou en donnant des nouvelles des proches.
  • Faites preuve de patience. Laissez à votre proche du temps pour s’exprimer, ne parlez pas à sa place.
  • Ne faites pas semblant d’avoir compris, dédramatisez en expliquant qu’on reviendra sur le sujet.
  • Utilisez des phrases courtes, allez à l’essentiel.
  • Privilégiez des questions simples auxquelles on peut répondre par oui ou non. Par exemple : « veux-tu un café ? » au lieu de « que veux-tu boire ? »
  • Accentuez les indices non-verbaux, tels que l’intonation de la voix, les mimiques faciales et les gestes. N’oubliez pas qu’une partie des informations échangées passe par d’autres moyens que le langage.
  • Ne changez pas brusquement de sujet de conversation.
     
Dernière mise à jour : 12/11/2021