Les troubles du comportement

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

  • Plan d'accès

    INFORMATIONS Patients (réception, consultations, rendez-vous)
    +41 (0)22 372 83 18
    +41 (0)22 372 83 20

    SECRETARIAT Ambulatoire
    +41 (0)22 372 83 18
    +41 (0)22 372 83 57

    SECRETARIAT Hospitalisation
    +41 (0)22 372 83 03
    +41 (0)22 372 83 04
    +41 (0)22 372 83 05

    INFORMATIONS administratives
    +41 (0)22 372 83 02

Photo du Médecin-chef Andreas Kleinschmidt
Professeur
Andreas Kleinschmidt
Médecin-chef de service

Le comportement de la personne change parfois, généralement en raison de ses difficultés exécutives. Les symptômes se répartissent en deux catégories : le manque de contrôle de soi (désinhibition) et le manque d’initiative (apathie).

Comment cela se manifeste-t-il ?

La personne désinhibée fait preuve d’un comportement démonstratif ou euphorique. Elle a des difficultés à contrôler son discours ou à l’adapter à son environnement. Elle dit tout haut ce qui se pense habituellement tout bas, se montre familière envers des personnes étrangères, parle fort, etc. On observe aussi une baisse de la tolérance à la frustration et aux délais ou des réactions impulsives (irritabilité, accès de colère, etc.).

A l’opposé, certaines personnes présentent un manque d’initiative. Elles ont une tendance à la passivité et au désintérêt. Il est difficile pour elles de faire des choix ou de s’engager dans des activités. Elles restent assises des heures, mettent longtemps avant de répondre, etc. Ces difficultés ne sont pas liées à un état dépressif, mais à l’impossibilité de démarrer une action.

Les deux types de comportements s’observent parfois chez une même personne. Elle peut manquer d’initiative, mais se mettre en colère de façon disproportionnée face à un imprévu ou une contrariété.

Conseils aux proches

  • Ne prenez pas personnellement les remarques agressives. Ces réactions incontrôlées sont consécutives aux frustrations auxquelles votre proche fait face.
  • En cas de désinhibition ou de plaisanteries inappropriées, ne l’encouragez pas : évitez de rire de ses blagues, changez de sujet de conversation.
  • Prenez du recul et n’hésitez pas à demander de l’aide à son entourage ou aux professionnel de santé.
  • Encouragez votre proche à entreprendre certaines activités, s’il ou elle a tendance à rester passif.
  • Aidez-le ou la à débuter les premières étapes d’un projet pour accroître sa motivation.
     
Dernière mise à jour : 12/11/2021