Mécanismes de transmission dans les écoles et les crèches (Etude SEROCoV-Schools)

Partager Imprimer

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, le rôle des enfants dans la transmission de la maladie reste très peu connu dans la mesure où, entre autres, ils ne présentent souvent que peu ou pas de symptômes lors d’une infection. Par ailleurs, comme les enfants sont peu symptomatiques, ils ont été beaucoup moins testés que les adultes.

Durant la première vague, au printemps 2020, les infections observées chez les enfants étaient moins nombreuses que chez les adultes. La fermeture des écoles et des crèches à cette période peut expliquer en partie ce constat. Néanmoins, différents pays rapportent des cas de transmission du virus entre enfants et/ou avec leurs enseignants dans des établissements scolaires.

Dans ce contexte, l’Unité d’épidémiologie populationnelle lance l’étude SEROCoV-Schools. Elle débute en février 2021, après la deuxième vague de COVID-19, qui a eu lieu en automne 2020, au cours de laquelle les écoles et crèches sont restées ouvertes.

Quel est le but de l’étude SEROCoV-Schools ?

Cette étude vise à évaluer le degré et les modalités de transmission du COVID-19 dans les milieux scolaires et les établissements d’accueil de la petite enfance. Elle pourra également déterminer dans quelle mesure les écoles primaires et les crèches contribuent à la transmission communautaire du virus dans le canton de Genève.

Qui peut participer à l’étude SEROCoV-Schools ?

L’étude SEROCoV-Schools est menée auprès de 250 enfants âgés de 2 à 6 ans ainsi qu’auprès des enseignants et éducateurs de leurs classes ou groupes. Elle concerne également les membres du foyer des enfants qui se révèleraient positifs au COVID-19 durant l’étude. L’équipe de recherche contacte directement les établissements.

Comment se déroule l’étude SEROCoV-Schools ?

L’étude SEROCoV-Schools comporte une phase de surveillance qui inclut :

  • un test antigénique rapide et un test sérologique en début d’étude
  • un test sérologique à la fin de l’étude
  • de courts questionnaires à remplir sur la plateforme Specchio-COVID19

Le test antigénique consiste en un frottis au fond de la bouche et sert à déterminer si le participant est actuellement porteur du virus SARS-CoV-2, responsable du COVID-19. Le test sérologique, qui s’effectue par prélèvement capillaire (quelques gouttes de sang au bout du doigt), permet de savoir si le participant a été infecté par le passé et a développé des anticorps anti-SARS-CoV-2. Ces tests ont été choisis car ils sont peu invasifs.

Il est demandé aux participants et aux participantes de déclarer l’apparition de symptômes, un contact rapproché avec une personne positive et/ou un diagnostic de COVID-19. En cas de test positif au COVID-19 chez un enfant ou une personne en charge d’un groupe ou d’une classe, une phase d’investigation commence afin d’évaluer la transmission au sein de la classe et au sein du foyer. Des tests antigéniques rapides et des tests sérologiques supplémentaires sont alors menés et d’autres questionnaires doivent être remplis (lire schéma SEROCoV-Schools pour plus de détails).

L’étude SEROCoV-Schools se déroule jusqu’à la fin de l’année scolaire 2021/2022.

Quels avantages l'étude SEROCoV-Schools peut-elle procurer ?

Les participants et les participantes sont informés des résultats des tests réalisés à la recherche du SARS-CoV-2 ou des anticorps anti-SARS-CoV-2.

Ils et elles auront également accès aux résultats globaux et aux conclusions de l’étude.

Le bénéfice est avant tout pour la recherche et les politiques de santé publique. Les  résultats de cette étude seront très utiles pour mener une politique de contrôle de l’infection dans les écoles et les crèches fondée sur des faits scientifiques et ainsi réduire le risque d’infection chez les enfants et leur entourage.

La participation à l’étude SEROCoV-Schools est entièrement gratuite et n’occasionne aucun frais pour l’assurance maladie. Aucune compensation financière n’est prévue.

Quels effets indésirables l'étude SEROCoV-Schools peut-elle induire ?

Les méthodes de prélèvement choisies sont très peu invasives. Éventuellement, d’autres modes de prélèvements encore moins invasifs, tels que des prélèvements de salive ou des frottis à l’avant du nez pourront être utilisés dans le futur. Tous les prélèvements seront réalisés par des infirmières expérimentées et habituées à travailler avec les enfants. Aucun médicament n’est prescrit dans le cadre de cette étude.

Confidentialité des données

Toutes les personnes impliquées dans l’étude sont tenues au secret professionnel. Les données et échantillons de sang recueillis sont codés lors de leur collecte. Le codage signifie que tout ce qui permet d’identifier le participant (p. ex. le nom, l’adresse, le numéro de téléphone, l’adresse email, etc.) est remplacé par un code. Le code reste en permanence au sein des HUG. Si des données doivent être transmises à d’autres institutions, elles sont toujours codées.

Organisation et financement

Le projet est mené par l’Unité d’épidémiologie populationnelle et financé par les Hôpitaux universitaires de Genève, l’Université de Genève, l’Office fédéral de la santé publique, la Fondation privée des HUG et la Fondation des Grangettes.

L’étude SEROCoV-Schools est réalisée dans le respect des prescriptions de la législation suisse. Elle suit l’ensemble des directives reconnues au niveau international. La commission d’éthique compétente a examiné et autorisé cette étude.

+ INFO : Lire le schéma détaillé du déroulement de l’étude SEROCoV-Schools

Dernière mise à jour : 05/05/2021