mpox (Monkeypox)

Adresse

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

Isabella Eckerle
Pre
Isabella Eckerle
Médecin responsable du Centre
Laurent Kaiser
Pr
Laurent Kaiser
Chef de service
Docteur
Pascal Cherpillod
Biologiste responsable du CRIVE
Docteur
Pauline Vetter
Médecin du Centre
Contenu

Ci-dessous un bref résumé de la situation épidémiologique actuelle, ainsi que la définition de cas et les personnes de contact aux HUG en cas de suspicion. Au vu de la présentation clinique, la majorité des patients consultent en ambulatoire. Des informations plus détaillées sur la maladie, le diagnostic (prélèvement des échantillons) sont disponibles dans ce résumé de la variole du singe.

La définition de cas suspect de l’OMS est un état fébrile avec adénopathies suivi d’une éruption cutanée.

Epidémiologie
Contenu

Le mpox (auparavant variole du singe) ou orthopoxvirose simienne (virus ADN) est due à un virus proche de celui de la variole humaine. C’est une zoonose endémique en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale. Des clusters de cas sont régulièrement rapportés dans certains pays d’Afrique, par exemple au Nigéria et en RDC. Des cas importés diagnostiqués hors Afrique restent rares mais sont réguliers depuis 2018.

L’épidémie actuelle, qui a débuté en mai 2022, est inhabituelle de par le nombre de cas diagnostiqués hors d’Afrique (>80'000 à mi-décembre 2022), la répartition géographique dans 100 pays non-endémiques et de par une transmission essentiellement de personne à personne sans réintroduction du monde animal.

Des détails de la situation épidémiologique en Suisse sont disponibles sur le site de l’OFSP, de la DGS du canton de Genève, ainsi que sur les graphiques ci-dessous: 

Diagnostic monkeypox PCR CRIVE Geneva Diagnostic monkeypox PCR CRIVE Geneva last4weeks

Diagnostic monkeypox PCR CRIVE Geneva activity Diagnostic monkeypox PCR CRIVE Geneva activity last4weeks

Clinique
Contenu

Les manifestations cliniques habituelles sont un état fébrile avec adénopathies (cervicales, inguinales), suivi dans les 1-2 jours d’une éruption cutanée d’abord maculaire puis évoluant en vésicules/pustules dans la bouche, sur la face, le tronc puis vers les extrémités (incluant les paumes des mains et plantes des pieds).

Dans l’épidémie actuelle hors Afrique, plus de 30% des personnes affectées ont des symptômes restreints au niveau génital et/ou péri-anal.

Diagnostic
Contenu

En cas de suspicion le centre de référence des infections virales émergentes (CRIVE) dispose d’une PCR permettant de faire le diagnostic (frottis des lésions cutanées idéalement envoyé au laboratoire dans un milieu de transport viral). Pour nous envoyer un échantillon, veuillez suivre les instructions ICI. Par ailleurs, un frottis de gorge peut être réalisé avant l’apparition des lésions. 

Vous pouvez également contacter la consultation des maladies infectieuses au 022 372 98 03 (du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30) en cas de suspicion. En dehors de ces heures vous pouvez contacter la centrale des HUG. 
En cas de confirmation du diagnostic, la maladie doit faire objet d’une déclaration obligatoire dans les 24h auprès du médecin cantonal et de l’OFSP, à la fois par la clinicien∙e et le laboratoire.

La transmission se fait majoritairement par contact direct et prolongé avec une lésion cutanée ou une muqueuse. Les relations sexuelles impliquent ce type de contact, mais il est possible de s’infecter sans rapport sexuel, par contact direct avec une lésion. Le virus pouvant survivre dans l’environnement, des transmissions par contact avec des objets infectés (par exemple le linge) est possible. Une transmission respiratoire par gouttelettes est aussi possible. A noter qu’il n’y a pas à l’heure actuelle de donnée épidémiologique soutenant une large transmission du virus par aérosol.
Les mesures de prévention sont donc les mesures AIR et CONTACT.

Traitement
Contenu

Plusieurs antiviraux ont montré un effet in vitro ou in vivo chez des animaux infectés contre le virus de mpox. Il existe peu de données chez l’être humain. . 
Le centre de maladies virales émergentes participe à une étude randomisée contrôlée internationale testant le tecovirimat dans le traitement de l’infection à mpox (UNITY).
La Société Suisse d’Infectiologie (SSI), en collaboration avec la Commission Fédérale pour la Santé Sexuelle élabore des recommandations de prise en charge, qui seront régulièrement mises à jour.
 

Vaccination
Contenu

Un vaccin développé contre la variole humaine a été récemment autorisé contre le mpox aux USA (2019) et en Europe (2022) et est utilisé en off-label en Suisse depuis l’automne 2022. Il s’agit d’un vaccin vivant non-réplicatif de 3e génération, développé à partir du MVA-BN (Modified Vaccinia Ankara – Bavarian Nordic).
Les études démontrent une efficacité protectrice contre l’infection sévère (études précliniques), une immunogénicité comparable à celle des vaccins antivarioliques classiques avec cependant un meilleur profil de tolérabilité et moins d’effets secondaires (études cliniques de phase I/II).

Plus d'informations

Dernière mise à jour : 17/01/2023