Communiqué de presse

Séroprévalence COVID-19 : Première estimation de la prévalence d’anticorps anti-SARS-CoV-2 IgG dans la population genevoise

Séroprévalence - Copyright : Louis Brisset - HUG
Mercredi 22 Avril 2020
  • • Première estimation de la prévalence d’anticorps anti-SARS-CoV-2 IgG dans la population genevoise

    • Première validation d’une plateforme automatisée de tests sérologiques contre le nouveau coronavirus

Cette étude est réalisée exclusivement avec des collaborateurs des HUG et des particuliers ayant déjà participé à des études du Bus santé. Les personnes sélectionnées seront convoquées par l'Unité d'épidémiologie populationnelle des HUG. Cette étude n'est pas ouverte à la population actuellement et il n'est donc pas utile de vous manifester auprès des HUG pour y participer.

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), plus particulièrement l’Unité d’épidémiologie populationnelle du Service de médecine de premier recours, le Centre des maladies virales émergentes et le Service de Médecine de Laboratoire, ont conduit une étude permettant d’estimer la prévalence d’anticorps IgG anti-SARS-CoV-2 dans un échantillon représentatif de la population genevoise. La séroprévalence globale minimale de 5.5% suggère qu’au 17 avril 2020, environ 27'000 personnes ont été exposées au SARS-CoV-2 dans le canton de Genève.

Préalablement, les HUG ont conduit une étude permettant de valider les performances d’une plateforme de tests sérologiques à haut débit qui mesure les immunoglobulines de type G (IgG) dirigées contre le SARS-CoV 2. Il s’agit de la seule installation à haut débit (200 tests/heure) disponible à l’heure actuelle. Les résultats de l’étude indiquent que ce test confirme de manière fiable une exposition au SARS-CoV-2 vingt jours après le début des symptômes. La plateforme est utilisée pour l’étude populationnelle susmentionnée.

Les enquêtes de séroprévalence basées sur la détection d’immunoglobulines spécifiques de type G (IgG) sont de la plus haute importance pour connaître la proportion de la population qui a déjà été exposée au coronavirus. En effet, la présence de ces immunoglobulines (anticorps) dans le sang confirme que la personne a été exposée au virus. En revanche, elle ne permet pas de conclure à une immunité totale ni partielle contre ce dernier. En effet, en l’état actuel des connaissances, nous ne connaissons ni le taux de protection que cette immunité confère contre une nouvelle infection ni son éventuelle durée. Pour cette raison, le test n’est pas encore accessible à l’ensemble de la population.

Afin d'évaluer la séroprévalence des anticorps anti-SARS-CoV-2 dans le canton de Genève, les HUG ont lancé une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population. Des personnes ayant déjà participé à l'étude Bus Santé (enquête annuelle de santé de la population du canton) ont été sélectionnées de façon aléatoire et invitées avec leurs familles à effectuer une prise de sang et à remplir un questionnaire. L’étude a débuté le 6 avril 2020 et se poursuit jusqu’à fin mai.

Les résultats préliminaires sont basés sur les 760 premiers participants, soit 343 (54% de femmes, 46% d’hommes, 87% d’adultes et 13% de mineurs) entre le 6 et le 10 avril et 417 participants (53% de femmes, 47% d’hommes, 87% d’adultes et 13% de mineurs) pour la semaine du 14 au 17 avril 2020.

Ces premières données font apparaître une séroprévalence dans la population estimée à 3,5% (variabilité possible de 1,6% à 5,4%) pour la première semaine et 5,5% (variabilité possible de 3,3% à 7,7%) pour la seconde. Cet échantillon, ainsi que la période étudiée, sont trop petits pour en déduire avec certitude le pourcentage d'augmentation hebdomadaire, mais une hausse significative a été observée entre les deux semaines.

La séroprévalence globale de 5.5% suggère que près de 27'000 personnes ont été exposées au SARS-CoV-2 dans le canton de Genève. Il s’agit d’une estimation minimale, probablement liée à de multiples incertitudes, notamment le temps nécessaire pour développer une immunité et la dynamique de l’épidémie. On s'attend à ce que cette séroprévalence dans la population s’accroisse ces prochaines semaines du fait de la récente augmentation du nombre de cas dans le canton.

L’interprétation de ces estimations de séroprévalence doit être effectuée avec une grande prudence. Il convient de tenir compte du nombre encore limité de participant·es, de la courte durée de suivi, ainsi que de l’influence des performances des tests sérologiques. Le suivi de l'évolution de la séroprévalence dans le temps est particulièrement important pour anticiper et planifier la réponse de santé publique.

Si vous n’êtes pas encore abonné à nos listes de diffusion et désirez recevoir nos communiqués de presse, laissez-nous vos coordonnées.

Contact 

HUG, Service de presse et relations publiques
presse-hug@hcuge.ch
+41 22 372 37 37

Dernière mise à jour : 18/06/2020