Communiqué de presse

Premier traitement non invasif de la thyroïde aux HUG

Partager Imprimer

Premier traitement non invasif de la thyroïde aux HUG

Le 16 février 2021, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont utilisé une méthode non invasive pour traiter un nodule thyroïdien bénin. L’intervention effectuée sous hypnose utilise un instrument à ultrason pour « brûler » le nodule. Cette nouvelle méthode, proposée par le Service d’endocrinologie et le Service de chirurgie thoracique et endocrinienne des HUG, présente de nombreux avantages, notamment une récupération plus rapide que lors d’une opération classique. C’est appréciable pour cette affection de la glande thyroïde assez commune dans la population.

Les nodules thyroïdiens sont des tumeurs généralement bénignes qui se forment dans la glande thyroïde. Située au niveau du cou, cette glande produit plusieurs hormones essentielles pour réguler notre métabolisme. Ces nodules sont un problème assez commun, qui affecte plus de la moitié des femmes après 60 ans. Ils restent le plus souvent bénins (90-95% des cas), bien qu’ils puissent dans certains cas produire un dérèglement de la production d’hormones ou devenir cancéreux. Actuellement, dans la plupart des cas (plus de 90%), une opération chirurgicale sous anesthésie générale est réalisée pour enlever les nodules gênants.

Une nouvelle technique pour traiter des nodules thyroïdiens a été testée pour la première fois aux HUG par les Docteurs Patrick Meyer et Maria Mavromati, du Service d’endocrinologie, diabétologie, nutrition et éducation thérapeutique des HUG. L’intervention est réalisée avec des ultrasons puissants pour « brûler » les nodules et les détruire à travers la peau sans avoir besoin de faire une incision. Les ultrasons utilisés sont similaires à ceux employés en imagerie médicale (par exemple pour le suivi de grossesses), mais plus puissants et plus ciblés. À l’instar de la lumière du soleil qui, concentrée par une loupe, suffit à mettre le feu à une feuille de papier, ces ultrasons focalisés chauffent les nodules à une température suffisante pour en détruire les cellules.

Cette technique non invasive présente de nombreux avantages par rapport aux opérations chirurgicales traditionnelles. La récupération est plus rapide et il n’y a aucun risque d’infection puisqu’il n’y a pas d’incision de la peau. De plus, la douleur est beaucoup moins intense, ce qui permet d’utiliser une technique d’hypnose au lieu de pratiquer une anesthésie.

Aux HUG, l’hypnose clinique est pratiquée depuis plusieurs années pour aider à gérer l’anxiété et les douleurs induites par les soins et parfois jusqu’en salle d’opération en soutien à une anesthésie locale. Aux HUG, l’hypnose se répand également pour la gestion des douleurs chroniques et des effets secondaires des traitements, encore plus depuis que son efficacité a été établie scientifiquement.

« Notre but est de proposer un traitement totalement non invasif », explique le Professeur Frédéric Triponez, médecin-chef du Service de chirurgie thoracique et endocrinienne des HUG. « C’est pourquoi nous offrons l’option de l’hypnose, rendant le traitement le plus léger possible. »

Uniquement aux HUG

En Suisse, ce nouveau traitement des tumeurs bénignes de la thyroïde est actuellement proposé uniquement à Genève, et concerne une trentaine de personnes par an.

« Cette méthode est la plus douce pour traiter des nodules thyroïdiens. Il en existe d’autres pour éviter l’intervention chirurgicale, comme le laser ou la radiofréquence, mais elles nécessitent tout de même l’insertion d’aiguilles », ajoute le Professeur Triponez.

« Nous allons explorer la technique des ultrasons focalisés (les HIFU, de l’anglais high-intensity focused ultrasounds) pour certains nodules de la thyroïde suspects pour des patient·es qui le souhaiteraient et accepteraient un suivi régulier et le risque de devoir bénéficier secondairement d’une opération. »

A noter que le Service d’urologie des HUG utilise aussi les ultrasons focalisés pour traiter certains cancers de la prostate bien localisés. Mise en place depuis 2015, cette méthode peu invasive est employée comme alternative à la chirurgie ou à la radiothérapie de l’ensemble de la prostate.  « Elle est efficace pour soigner des patient·es présentant des cancers peu avancés, avec très peu d’effets secondaires », précise le Dr Daniel Benamran, médecin adjoint en urologie.

Photo HD du premier traitement des nodules thyroïdiens par ultrasons
à disposition sur demande

Contact

HUG
Service de presse et relations publiques
presse-hug@hcuge.ch 
+41 22 372 37 37

Dernière mise à jour : 18/02/2021