Communiqué de presse

Des mesures ambitieuses pour l'égalité et l'inclusion aux HUG

Partager Imprimer

A quelques jours de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2021, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) prennent plusieurs mesures pour renforcer leur dispositif de lutte contre les discriminations et la promotion d’un climat de travail inclusif et égalitaire au sein de l’institution. « Cette journée du 8 mars nous permet de réaffirmer avec force notre tolérance zéro face au sexisme, à la violence, au harcèlement ainsi que toute discrimination », souligne Bertrand Levrat, Directeur général des HUG. « Tout acte irrespectueux et tout comportement inadéquat, s’il est avéré, doit être dénoncé et sanctionné. Il n’a aucune place au sein de l’institution. »

Une cinquième valeur "égalité et inclusion" est désormais ajoutée aux valeurs relationnelles des HUG sur décision du Conseil d’administration. Elle vient compléter les quatre autres que sont la confiance, le respect, l'esprit d'équipe et la reconnaissance. Cette nouvelle valeur vise à renforcer la culture de tolérance zéro envers les violences et les discriminations, en particulier celles fondées sur le genre. Elle favorise aussi la diversité et l'inclusion, en considérant les différences de genre ou d'orientation sexuelle, d'origine ou de situation sociale, comme une richesse pour les HUG.

Par ailleurs, une Commission de traitement des plaintes en matière de harcèlement et de discrimination est mise en place. Elle s’ajoute aux outils et processus déjà existants au sein de l’institution. Pour abaisser les barrières que pourraient rencontrer les victimes, elle disposera d’une ligne téléphonique directe qui doit permettre aux employé·es d’évoquer leurs difficultés et, le cas échéant, de constituer un dossier avec la responsable du programme égalité et diversité dont le poste vient d’être crée.

« Il est extrêmement difficile dans des cas de discrimination, de harcèlement, de libérer la parole des victimes ou de celles et ceux qui ont été témoins d’actes graves », constate Bertrand Levrat. « Chacun·e doit pouvoir témoigner sur des situations qui sont contraires au respect de la dignité humaine. » Le 15 septembre 2020, la direction des HUG a approuvé le principe de l’écriture inclusive pour tout document institutionnel. Enfin, à terme, chaque collaborateur·trice de l’institution signera la charte HUG de l’égalité, diversité et inclusion et devra aussi suivre une formation "e-learning" sur la prévention du harcèlement sexuel.

Protéger l’ensemble des employé·es

En tant qu’employeur, les HUG ont l’obligation légale de protéger la personnalité de leurs employé·es ainsi que leur santé physique et psychique. Les atteintes à la personnalité, en particulier en matière de harcèlement psychologique et de harcèlement sexuel, font l’objet, entre autre, d’un règlement adopté en 2010 par le Conseil d’administration. En novembre 2020, la direction des HUG avait d’ailleurs diffusé le kit de prévention du harcèlement sexuel au travail élaboré par l’Etat de Genève à son personnel.

En 2020, 15 situations de harcèlement ont ainsi été remontées via la hiérarchie et examinées avec diligence. En parallèle, le Groupe de la protection de la personnalité, créé en 2010 et rattaché au Président du Conseil d’administration, traite également en moyenne 83 dossiers par an qui mènent à des entretiens, des médiations ou à l’ouverture d’investigations sur plaintes écrites.

Les HUG se doivent d’être un lieu où l’ensemble des collaborateurs·trices se sentent en sécurité et sont jugé·es uniquement sur leurs compétences, la qualité de leur travail et leur comportement. Toutes les mesures annoncées aujourd’hui contribuent à cet objectif général.

Note aux rédactions

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le Groupe Médecine, Genre & Équité, la Commission de l’Égalité de la Faculté de médecine, et les Hôpitaux universitaires de Genève organisent le lundi 8 mars 2021, de 17h30 à 19h00, un "Café de l'égalité" intitulé « Le plafond de verre, comment le briser ? ». Cette conférence-débat qui sera diffusée en streaming sur le site de l’UNIGE, s’adresse aux étudiant·es en médecine et médecins en formation ; elle est également ouverte au grand public.

« Malgré une féminisation de plus en plus importante du domaine médical, il reste encore du chemin à parcourir pour que les femmes accèdent plus facilement aux postes », déclare Sylvia de Meyer, responsable du programme égalité et diversité aux HUG.

Le débat, modéré par Romaine Jean, ancienne journaliste à la RTS, réunira

  • Camille Bleeker, étudiante en 5e année de médecine
  • Dre Magdalena Schellongova, médecin interne
  • Brigitte Mantilleri, Directrice du Service Egalité, UNIGE
  • Pre Eléonore Lépinard, Centre en études genre et Institut des sciences sociales, UNIL
  • avec la participation de l’Association MedFem et de Sylvia de Meyer, responsable du programme égalité et diversité, HUG.

Plus d’infos : www.unige.ch/medecine/CafeEgalite2021 

Contact

HUG, Service de presse et relations publiques
presse-hug@hcuge.ch
+41 22 372 37 37

Dernière mise à jour : 04/03/2021