L'exploration du gros intestin (coloscopie / rectosigmoïdoscopie)

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

Professeur
Laurent Spahr
Chef de centre

Pourquoi effectuer une coloscopie ?

La coloscopie permet d’explorer le gros intestin, les derniers segments de l’intestin grêle ainsi que le rectum et l’anus. Le médecin peut ainsi déterminer et parfois même traiter les maladies de ces organes ou surveiller le développement de maladies connues.

Comment dois-je me préparer à la coloscopie ?

La coloscopie nécessite préalablement un lavement minutieux de l’intestin. Vous devez suivre de très près les indications données pour le lavement intestinal. La prise de préparations ferrugineuses doit être arrêtée 5 jours avant l’examen.

Aptitude à la conduite / à travailler ?

De manière générale, vous recevrez des somnifères et/ou des médicaments antidouleurs pour cet examen. Après la prise de ces médicaments, votre aptitude à la conduite est diminuée. Ne venez pas avec votre propre véhicule et assurez-vous d’être accompagné le jour de l’examen. Durant les 12 heures suivant la prise des médicaments vous n’aurez pas la capacité à contracter. Cela signifie que vous ne pourrez pas signer de contrats pendant ce temps

Comment se déroule une coloscopie ?

Une perfusion vous sera posée dans le bras pour l’éventuelle administration de somnifères et de calmants. L’examen se fait à l’aide d’un « tuyau » fin et souple (endoscope), muni d’une source lumineuse et d’une caméra. Ainsi, le médecin peut examiner les muqueuses de l’intestin et rechercher des modifications maladives. Si de telles modifications sont découvertes, il peut faire des prélèvements tissulaires (biopsies) pour ensuite les analyser au microscope. Dans le cas de présence de polypes (excroissances sur les muqueuses, qui sont généralement bénignes mais peuvent se transformer en cancer s’ils ne sont pas traités pendant plusieurs années), ils sont enlevés, si possible. Mais malgré tout le soin apporté à cette intervention, 5 à 10 % des polypes ne sont pas découverts. Des saignements, même actifs, peuvent être sclérosés à l’aide de plusieurs techniques (p.ex. injection d’adrénaline, pose de clip). Afin de pouvoir bien visionner la paroi intestinale, l’intestin est légèrement gonflé pendant l’examen. Parfois il est nécessaire d’exercer une pression extérieure sur le ventre afin de pouvoir déplacer l’endoscope, ou de procéder à une radiographie. Pendant l’examen le médecin est assisté par un/e infirmier/ère ayant suivi une formation spécialisée.

La coloscopie est-elle douloureuse ?

La coloscopie peut être douloureuse à certains moments. Pour cette raison, des médicaments antidouleurs sont administrés au besoin avant et pendant l’examen. Ces médicaments rendent l’examen indolore.

Quels sont les risques afférents à la coloscopie ?

L’examen en lui-même, le prélèvement de biopsies et l’enlèvement des polypes ne comportent que peu de risques. Mais malgré tout le soin apporté à cette intervention, dans quelques cas rares des complications peuvent survenir. Dans des cas exceptionnels, celles-ci peuvent représenter un danger de mort. Il s’agit notamment de saignements (0.5 - 3%), apparaissant à la suite de l’enlèvement des polypes et pouvant être arrêtés par une endoscopie. Plus rarement encore, des saignements retardés peuvent avoir lieu pendant la semaine suivant l’examen. Très rarement (0.3 – 0.5%), des perforations (trou dans la paroi intestinale) ont été observées, pouvant nécessiter une intervention chirurgicale. Dans quelques cas isolés, l’administration de sédatifs peut provoquer des troubles respiratoires et des troubles cardio vasculaires.

Comment dois-je me comporter après l’examen ?

Si vous avez reçu une injection de calmants ou de médicaments antidouleurs pour la coloscopie, vous serez surveillé jusqu’à votre réveil. Dans les heures suivant l’examen, vous pouvez avoir un sentiment de pression dans le ventre (air dans les intestins). Si ce sentiment s’intensifie ou si vous avez de
ventre, si vous constatez un nouveaux maux de saignement de l’anus ou si vous avez de la fièvre contactez immédiatement votre médecin ou rendez vous aux urgences.

Si vous avez d’autres questions concernant l’examen programmé, veuillez vous adresser à votre médecin traitant. S’il ne peut pas répondre à vos questions, consultez le médecin spécialiste (gastroentérologue), qui est chargé d’effectuer votre examen.

 

Télécharger la notice informative, le questionnaire
sur les tendances hémorragiques, médicaments, incompatibilités ou allergies et le Formulaire de consentement

 

< RETOUR

Dernière mise à jour : 29/01/2019