L'entéroscopie basse (examen de l’intestin grêle par l’anus)

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

Professeur
Laurent Spahr
Chef de centre

Pourquoi effectuer une entéroscopie basse ?

Les examens antérieurs nous amènent à croire que vous souffrez d’un processus maladif dans votre intestin grêle. L’emplacement de cette maladie ne peut être atteint ni par une gastroscopie, ni par une coloscopie. L’entéroscopie est utilisé pour atteindre des sections plus éloignées de l’intestin grêle, qui a une longueur d’environ 4 mètres. En même temps, l’examen permet de faire des biopsies, de scléroser des saignements, d’enlever des polypes, de dilater des rétrécissements ou d’extraire des corps étrangers.

Comment dois-je me préparer à l’entéroscopie basse ?

Tout comme la coloscopie, l’entéroscopie nécessite un lavement minutieux de l’intestin (voir indications spécifiques). Vous devez suivre de très près les indications données pour le lavement intestinal. La prise de préparations ferrugineuses doit être arrêtée 5 jours avant l’examen.

Aptitude à la conduite / à travailler ?

De manière générale, vous recevrez des somnifères et/ou des médicaments antidouleurs pour cet examen. Après la prise de ces médicaments, votre aptitude à la conduite est diminuée. Ne venez pas avec votre propre véhicule et assurez-vous d’être accompagné le jour de l’examen. Durant les 12 heures suivant la prise des médicaments vous n’aurez pas la capacité à contracter. Cela signifie que vous ne pourrez pas signer de contrats pendant ce temps.

Comment se déroule une entéroscopie basse ?

Une perfusion vous sera posée dans le bras pour l’éventuelle administration de somnifères et de calmants. L’examen se fait à l’aide d’un « tuyau » fin et souple (endoscope), muni d’une source lumineuse et d’une caméra. Différentes techniques (« double ballon », « simple ballon », ou « spiralé ») permettent d’explorer l’intestin grêle en profondeur (env. 2 mètres) avec un contrôle échographique (amplificateur). Le médecin peut voir les muqueuses des organes et rechercher des modifications maladives. Si de telles modifications sont découvertes, il peut faire des prélèvements tissulaires (biopsies) pour ensuite les analyser au microscope. Dans le cas de présence de polypes (excroissances sur les muqueuses, qui sont généralement bénignes mais qui peuvent se transformer en cancer si elles ne sont pas traitées pendant plusieurs années), ils sont si possible enlevés. Mais malgré tout le soin apporté à cette intervention, 5 à 10 % des polypes ne sont pas découverts. Des saignements, même actifs, peuvent être sclérosés à l’aide de plusieurs techniques (p.ex. injection d’adrénaline, pose de clip). Pendant l’examen le médecin est assisté par un/e infirmier/ère ayant suivi une formation spécialisée.

L’entéroscopie basse est-elle douloureuse ?

L’entéroscopie basse peut être douloureuse à certains moments. Pour cette raison, des médicaments antidouleurs sont administrés au besoin avant et pendant l’examen. Ces médicaments rendent l’examen indolore.

Quels sont les risques afférents à l’entéroscopie basse ?

Les complications d’une entéroscopie sont généralement rares. Mais malgré tout le soin apporté à cet examen, dans quelques cas rares des complications peuvent survenir. Dans des cas exceptionnels, celles-ci peuvent représenter un danger de mort. Il s’agit notamment de réactions allergiques aux médicaments pouvant être administrés. Dans environ 10 % des cas, l’examen entraine des complications simples telles que des maux de ventre, une perforation (de la paroi intestinale) ou des saignements survenant principalement après des interventions (biopsies et enlèvement de polypes) et qui au pire des cas nécessitent une intervention chirurgicale. Dans quelques cas isolés, l’administration de sédatifs peut provoquer des troubles de la respiration et des troubles cardio-vasculaires.

Comment dois-je me comporter après l’examen ?

Si vous avez reçu une injection de calmants ou de médicaments antidouleurs, vous serez surveillé jusqu’à votre réveil. Dans les heures suivant l’examen, vous pouvez avoir un sentiment de pression dans le ventre (air dans les intestins). Si ce sentiment s’intensifie ou si vous avez des maux de ventre, si vous constatez un saignement de l’anus ou si vous avez de la fièvre contactez immédiatement votre médecin ou rendez vous aux urgences.

Si vous avez d’autres questions concernant l’examen programmé, veuillez vous adresser à votre médecin traitant. S’il ne peut pas répondre à vos questions, consultez le médecin spécialiste (gastroentérologue), qui est chargé d’effectuer votre examen.

 

Télécharger la notice informative,  le questionnaire
sur les tendances hémorragiques, médicaments, incompatibilités ou allergies et le Formulaire de consentement

 

< RETOUR

Dernière mise à jour : 29/01/2019