Désobstruction des artères des membres supérieurs, inférieurs et de l’abdomen

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

Professeur
Laurent Spahr
Chef de centre

Pourquoi une désobstruction de mes artères ?

Vos précédents examens ont montré un rétrécissement artériel ou une obstruction complète qui engendre une mauvaise circulation du sang dans l’un de vos membres ou au niveau de l’abdomen, qui est responsable de vos symptômes. Il est prévu de pratiquer un traitement qui fait appel à une ou plusieurs des techniques suivantes: dilatation par ballonnet (élargissement du rétrécissement), thrombolyse (dissolution médicamenteuse de l'obstruction), implantation d’un stent dans l'artère (petit tube en treillis métallique inoxydable – endoprothèse) pour maintenir le vaisseau ouvert.

Avez-vous d’autres alternatives ?

Une opération chirurgicale ouverte sur les vaisseaux peut être envisagée, mais cela est plus invasif.

Combien de temps durera cet examen ?

L’examen prendra environ 2 à 3 heures.

Comment pouvez-vous vous y préparer ?

Pour cet examen, vous devez être à jeun depuis la veille à minuit. Avant de venir, vous pouvez répondre aux questions figurant sous la rubrique : «Que faire avant l'exame?», cela nous aidera lors de votre prise en charge. N’hésitez pas à poser vos éventuelles questions au médecin radiologue qui va effectuer le geste avant de lui rendre le formulaire de consentement qui devra être signé.

Comment va se dérouler l’intervention ?

Après anesthésie locale, une aiguille est introduite dans l’artère fémorale au niveau de l’aine (rarement dans une artère du bras). Sous contrôle radiologique, un fil de guidage est passé dans l’artère jusqu’à la hauteur de l’obstruction suivi d'un cathéter (petit tuyau en plastique). L’injection de produit de contraste iodé par le cathéter permet de voir l’artère aux rayons X et d’analyser précisément les lésions. Le choix de la méthode de désobstruction dépend des constatations qui seront faites.

Pendant l’injection de produit de contraste, vous aurez une sensation de chaleur dans la partie du corps examinée. Vous pourrez également ressentir, lors du gonflage du ballonnet, de légères douleurs. Une surveillance avec une équipe d’anesthésie vous est procurée, ce qui peut vous soulager pendant l’examen, avec le plus souvent une injection intraveineuse de calmants (analgésiques et sédatifs), ou alors une anesthésie générale. A la fin de l’intervention, le cathéter est retiré et le point où il a été introduit est comprimé jusqu’à l’arrêt du saignement.

L’intervention est réalisée sous radioscopie (rayons X). Un soin particulier est pris pour utiliser une dose de rayons aussi faible que possible.

Quels sont les risques qu’implique une telle intervention ?

Toute intervention sur le corps humain, même conduite dans des conditions de compétence et de sécurités maximales, comporte un risque de complication. Nous prenons, bien entendu, toutes les précautions nécessaires pour l’éviter.

Une réaction allergique au produit de contraste iodé peut occasionnellement survenir. Si vous avez déjà présenté une rougeur de la peau, des démangeaisons, ou d'autres réactions à la suite d'une administration de produit de contraste, signalez-le pour qu'une prémédication puisse au besoin vous être prescrite.

Les médicaments qui fluidifient le sang peuvent causer une hémorragie. Il est donc important de nous communiquer si vous saignez facilement et abondamment ou si vous avez eu dans le passé une hémorragie interne ou externe importante.

Les complications graves comme la formation de caillots de sang, une hémorragie au point d’introduction du cathéter, et la déchirure de l’artère par le ballonnet, le cathéter ou d’autres instruments sont peu fréquentes.

Quelles sont les recommandations après l’examen ?

Vous devrez rester strictement couché pendant au moins 4 heures après l’intervention sans faire d’effort particulier durant 24 heures.

Après une dilatation simple par ballonnet, vous pouvez, dans la règle, rentrer chez vous le lendemain et reprendre vos activités. En cas de thrombolyse ou de traitement par stent, une hospitalisation de quelques jours peut à la rigueur être nécessaire en cas de traitement anticoagulant. Certains signes précurseurs sont à identifier: des importantes douleurs, de la fièvre ou tout autre phénomène inhabituel dans les jours suivants l’examen doivent vous alerter. Il faut alors avertir votre médecin traitant ou nous appeler aux numéros indiqués au bas de la page sans délai, tout en précisant quel type d’examen vous avez eu car il est important et urgent de vous donner un traitement.

Quels résultats pouvez-vous en attendre ?

Dans la grande majorité des cas, une irrigation sanguine suffisante du membre ou de la région abdominale traitée peut être rétablie. Ce traitement est moins lourd qu’une opération chirurgicale et vous retrouverez plus vite votre mobilité. Si ce traitement ne réussit pas, une opération chirurgicale ouverte peut être effectuée par la suite. Le résultat à long terme dépend, tout comme pour une opération ouverte, de votre maladie de base. En cas de récidive des symptômes, le traitement par cathéter peut souvent être répété.

Le résultat de l’examen vous sera communiqué plus tard par votre médecin qui a prescrit l’intervention.

 

Télécharger la notice informative, le questionnaire
Que faire avant l'examen et le Formulaire de consentement

 

< RETOUR

 

Dernière mise à jour : 29/01/2019