Favoriser le maintien en emploi

Logo pour les collaborateurs

Certaines circonstances de la vie – maladie, douleur, traitement ou encore grossesse – peuvent empêcher un employé d’exercer son activité professionnelle. Un arrêt de travail, surtout s’il se prolonge, peut être anxiogène et amener la personne à craindre pour son avenir. Conscients de cette problématique, les HUG ont mis en place plusieurs solutions destinées à faciliter la reprise et/ou le maintien en emploi de leurs collaborateurs.

Compatibilité santé-travail renforcée

L’hôpital dispose d’un fonds destiné à financer des mesures en cas de souci de santé temporaire. Il peut s’agir d’un allégement d’horaire, d’une modification des tâches à accomplir, d’un changement provisoire de poste, d’un appui par un intérimaire, etc. Dans certains cas, ces aides permettent d’éviter un arrêt de travail. Elles sont également utiles aux salariés désireux de reprendre une activité en douceur après une absence prolongée. En 2015, le Fonds d’aide au maintien en emploi (FAME) a financé quelque 200 demandes pour des durées d’un à trois mois.
 

Accompagner les grossessesAccompagner les grossesses

Ce type d’aménagements est également proposé aux femmes enceintes. Depuis l’automne 2014, l’annonce d’une grossesse déclenche systématiquement une évaluation des risques encourus par la future mère à son poste de travail : déplacement de charges lourdes, manutention de produits toxiques, etc. Là aussi, des solutions sont mises en place pour permettre à la collaboratrice de continuer d’exercer une activité, tout en respectant sa sécurité et son confort. Et pour que la naissance du bébé ne remette pas en cause l’engagement professionnel d’un des parents, les HUG disposent de près de 170 places dans des crèches situées à proximité de l’hôpital. Celles-ci offrent une grande flexibilité en termes d’horaires et de condition d’accueil.

Aider les réorientations professionnelles

Les HUG font tout pour éviter la désinsertion des salariés dont le problème de santé implique un abandon définitif du métier. Ils ont alloué un budget d’un million de francs à cette cause en 2015, montant qui a été reconduit en 2016. Ce fonds de mobilité peut financer une formation complémentaire, une réorientation professionnelle, un changement de lieu d’activité ou encore un stage dans une autre fonction. En 2015, 24 employés ont bénéficié d’une telle mesure.

Dernière mise à jour : 12/01/2017