Médecin-cheffe du service de chirurgie de l’enfant et de l’adolescent

Une journée avec la Pre Barbara Wildhaber. La médecin-cheffe du service de chirurgie de l’enfant et de l’adolescent est également à la tête du Centre suisse du foie de l’enfant.

Il y a presque vingt ans, après une année d’internat en chirurgie, Barbara Wildhaber arrive en de l’enfant et de l’adolescent. « C’est le coup de foudre. J’ai compris que ce serait ma voie », dit-elle. Aujourd’hui, à la tête du service de chirurgie de l’enfant et de l’adolescent, son quotidien ne se résume pas au bloc opératoire. Pulsations a suivi
durant une journée cette polyglotte amène, souriante et dynamique.

7h45. Ce mardi matin, la Pre Wildhaber se rend aux colloques des urgences radiographiques. Les internes rapportent ce qui s’est passé la nuit. Echographies
et radiographies sont scrutées avec des internes sous la supervision de cadres.
« L’occasion de former les jeunes médecins avec des cas concrets et d’avoir l’avis de spécialistes pour les situations plus compliquées », souligne-t-elle.

médecins et infirmières su service de chirurgie pédistrique8h15. On monte deux étages pour se retrouver au coeur du service de de l’enfant et de l’adolescent. Le colloque quotidien se présente comme un tour de table au sujet des enfants hospitalisés dans le service.
« L’infirmière responsable résume le déroulement de la nuit et nous pouvons réagir sur les patients qui nécessitent le plus d’attention et structurer la visite », explique- t-elle.

 

 

infirmière. médecins, interne et chefs de clinique8h45. Accompagnée d’une infirmière et de médecins, internes et chefs de clinique, afin de parfaire leurs connaissances, la Pre Wildhaber effectue ses visites dans les chambres. « As-tu bien dormi ? N’aie pas peur, je vais juste appuyer doucement sur le ventre. » Elle ausculte Domenico, 14 ans, lui montre les clichés de son appendice, pris la veille durant l’opération. Souvenir qu’elle lui  laissera en partant. « Tu serres fort ma main. T’as du caractère ! » Large sourire et au revoir. Dans la chambre d’à côté, Daniela, Tessinoise de 9 ans, a subi une  lourde opération : une dérivation vasculaire suite à une thrombose de la veine porte. Dans un italien sommaire : « Respire profondément. C’est bien. » S’adressant à la mère : « Elle va mieux. Vraiment. »

Médecin-cheffe du service de chirurgie pédiatrique9h15. Direction le bloc opératoire : deux interventions sont au programme. La petite Emilie, 9 mois, souffre d’une maladie chronique du foie. Elle sera greffée dans quelques mois. En tant que Centre suisse du foie de l’enfant, les HUG sont les seuls dans le pays à pratiquer les transplantations de foie chez l’enfant. Aujourd’hui, il s’agit juste de poser un accès veineux de longue durée, un port-à-cath, dans la grande veine jugulaire du cou. Ce dispositif  permettra d’éviter les piqûres répétées. Munie de loupes binoculaires grossissantes, la chirurgienne opère tel un orfèvre. « Nous effectuons des micro points dans de petits vaisseaux très fragiles », détaille-t-elle.

 

10h45. Une demi-heure de répit : elle discute avec les parents de la petite à peine
opérée, dicte le compterendu opératoire et consulte ses e-mails.

Pre Wildhaber supervise un chef de clinique11h15. La cholécystectomie peut débuter. Cette ablation de la vésicule biliaire chez ce garçon de 12 ans va durer deux heures. Cette fois, la Pre Wildhaber supervise un chef de clinique.  Elle tient la caméra et l’écarteur tout en prodiguant ses instructions : « J’ouvrirais un peu plus en postérieur. Là, regarde, il y a une deuxième petite artère ! Oui, je prendrais des clips de 5 mm. »

 

 

l'examen14h. Retour au bureau : « J’adore opérer, mais ma plus grande satisfaction c’est, ensuite, de voir des enfants qui vont bien. » Repas frugal: un yogourt aux fruits exotiques et quelques carrés de chocolat noir, « ma faiblesse
préférée ». Place aux consultations. Freya, 3 ans, est là avec sa mère pour des problèmes de constipation. Elle l’examine tout en lui parlant dans un anglais parfait : « As-tu mal ? Puis-je appuyer sur ton ventre ? »

 

consultation15h15. Retour dans l’unité d’hospitalisation pour une consultation
en ambulatoire. Salomé, 3 ans, et ses parents viennent du canton de Bâle. Deux ans plus tôt, elle a été greffée du foie. Elle est suivie par son gastroentérologue
pédiatrique local, mais un contrôle annuel a lieu aux HUG, centre de référence.
La discussion se déroule cette fois en Suisse allemand. Les parents s’en vont rassurés : tous les examens sont bons.

 

16h. Réunion au Centre médical universitaire, à quelques centaines de mètres de là, pour une commission de la Faculté de médecine.

sous-sols de la pédiatrie17h. Retour dans les sous-sols de la pédiatrie, plus précisément en radiologie, pour le colloque hebdomadaire multidisciplinaire autour du foie pédiatrique, réunissant hépatologues, gastro-entérologues, radiologues et chirurgiens. « Nous passons en revue tous les cas suivis durant la semaine. L’occasion de faire le point plus particulièrement sur les dossiers qui posent problème. »

 

 

18h. La journée n’est pas terminée. La Pre Wildhaber ira encore voir les deux enfants opérés le matin, ceux qui vont l’être le lendemain avant de retourner à son
bureau pour traiter les questions administratives et répondre aux si nombreux e-mails.

Dernière mise à jour : 02/10/2019