Journée mondiale de lutte contre le SIDA

ruban rouge dans des mains

40 ans après la découverte du VIH, la lutte contre le sida se poursuit

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le 1er décembre, les associations et l’ensemble des partenaires des réseaux de soins de Genève se mobilisent afin d'échanger avec la population, proposer des dépistages VIH gratuits et rappeler les réalités des personnes vivant avec cette maladie. Cette année est également marquée par le 40e anniversaire de la découverte, en 1983, par l’Institut Pasteur à Paris, du virus responsable du SIDA, le VIH.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 39 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. En Suisse, en 2022, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) rapporte 371 nouveaux diagnostics. Ce chiffre est en légère hausse par rapport à 2021 (325 cas), mais nettement inférieur à la situation qui prévalait il y a 10 ans, où près de 600 cas étaient diagnostiqués chaque année1.

Les animations

Le 1er décembre, les associations et partenaires de soins genevois organisent plusieurs animations :

Tests de dépistage et stands d’information aux HUG

Des tests de dépistage gratuits, rapides et sans rendez-vous, sont proposés de 8h30 à 17h, dans le hall d’entrée des HUG, rue Gabrielle-Perret-Gentil 4, à Genève. Ils sont assurés par l’unité VIH/SIDA des HUG.

Des stands d’information sont également à disposition du public, avec notamment des distributions de préservatifs et de la documentation.

Cérémonie interreligieuse et marche commémorative

Une cérémonie réunissant huit religions : catholique romaine, catholique chrétienne, protestante, juive, musulmane, bouddhiste, hindouiste et baha’ie est organisée à 18h30 en mémoire des personnes décédées du SIDA. Elle se tient à l’Eglise Saint Joseph, rue du Petit-Senn 1, à Genève. Elle est suivie, à 19h30, d’une marche commémorative laïque.

1Statistiques OFSP

Apéritif dînatoire

A 20h30, un apéritif dînatoire, animé par le chœur « Les Genevoix », et ouvert à tous et toutes, clôture la journée. Il a lieu à la Maison de quartier des Pâquis, rue du Môle 11, à Genève.

Commémoration

Ce 40e anniversaire, pour lequel l’Institut Pasteur organise plusieurs événements, à Paris, est aussi l’occasion de se souvenir de l’incroyable élan de solidarité entre chercheurs et chercheuses, soignantes et soignants, personnes atteintes, élus et élues politiques, organisations civiles et variées, sans lequel le VIH n’aurait pas pu être combattu aussi efficacement. Le « patient de Genève », sixième personne au monde en rémission du VIH après une greffe médullaire, viendra y souligner, à travers son histoire, les incroyables étapes franchies ces quatre dernières décennies.

Le VIH dans le monde et en Suisse

Parmi les 39 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde, près de 9 personnes sur 10 connaissent leur statut et les trois quarts sont sous traitement antirétroviral2. Si de nombreux patients et patientes bénéficient aujourd’hui d’une excellente prise en charge médicale, celle-ci est très hétérogène en fonction des pays et le virus reste encore un problème de santé publique majeur. Il est ainsi l’une des causes principales de décès dans le monde des adolescents, adolescentes et des femmes en âge de procréer.

En Suisse, à la suite des nombreux efforts de prévention, de dépistage, et à l'augmentation du nombre de personnes prenant des médicaments antirétroviraux à titre préventif (PrEP), le nombre de diagnostics de VIH continue de diminuer chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Cependant, le diagnostic touche des femmes dans 30% des cas et le nombre d’infections chez les personnes hétérosexuelles est légèrement à la hausse.

Le rôle des communautés dans la lutte contre le VIH

Pour espérer mettre fin un jour à la pandémie de VIH à travers le monde, ONUSIDA rappelle qu’il est nécessaire de s’appuyer sur les organisations communautaires et les met cette année en valeur. Ces organisations regroupent des personnes rencontrant une problématique commune. Dans le cas du VIH, elles représentent les personnes vivant avec le virus ou étant affectées par lui. Elles se rassemblent pour avoir plus d’impact et faire valoir leurs intérêts communs face aux institutions publiques par exemple.

2Chiffres-clés de l’OMS

Grâce à leurs actions, ces communautés créent des liens avec le système de soins. Elles instaurent la confiance nécessaire au succès des programmes de prévention et de suivi et sensibilisent les politiques et les prestataires de soins aux besoins et réalités du terrain. Elles collaborent avec les scientifiques pour faire avancer la recherche. Les communautés sont aussi en première ligne dans la lutte contre les discriminations qui touchent les personnes vivant avec le VIH et le SIDA depuis 40 ans.

Pour toutes ces raisons, elles sont indispensables à la réussite des politiques de santé publique. A Genève, différentes organisations sont actives. Vous trouvez la liste complète et leurs partenaires ci-dessous.

Dernière mise à jour : 05/12/2023