Première vague de covid-19 : les personnels de la santé, des ems, du ménage et de cuisine les plus infectés à Genève

Partager Imprimer
Résultats de l'étude SEROCoV-Work de l'Unité d'épidémiologie populationnelle des HUG

Une étude de séroprévalence des anticorps anti-SARS-CoV-2, recherchant une infection au Covid-19, a été menée à Genève après la première vague de la pandémie auprès d’employés des secteurs dits "essentiels". On observe un taux d’infection de ces travailleurs essentiels de 9.8%, légèrement supérieur à celui de la population générale en âge de travailler (7.9%) à la même époque.

Cette étude, publiée dans la revue Nature Communication le 8 juin 2021, souligne en revanche des différences importantes entre secteurs d’activité : les professions de la santé, le personnel des EMS, de ménage et de cuisine sont plus touchés par le Covid-19 que la moyenne générale.

Effectuée sur un très large échantillon couvrant un éventail complet de professions mobilisées durant le semi-confinement, cette étude est cruciale pour indiquer comment combattre la propagation de l’épidémie, et potentiellement pour orienter les campagnes de vaccination.

L’étude a été conduite par les Hôpitaux universitaires de Genève, en partenariat avec Hirslanden Clinique la Colline et Clinique des Grangettes, l’Hôpital de La Tour, l’EPFL, et la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève auprès de 10'513 personnes (16 secteurs d’activité et 32 professions) entre le 18 mai et le 18 septembre 2020. 

Le financement de cette étude a été octroyé par la Fondation privée des HUG et par la Fondation des Grangettes

Plus d’infos :

 

Dernière mise à jour : 08/09/2021