Prothèse totale de la hanche : Les complications possibles

Partager Imprimer
Adresse

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4
1205 Genève
Suisse

Complément d'adresse
Bât. Prévost, niveau 1
Professeur
Didier Hannouche
Médecin-chef de service

Bien que rares, des complications demeurent toutefois possibles.

Quelles sont les complications dans les 3 à 6 semaines suivant l’opération ?

L’infection de la prothèse

Cette complication est la plus sérieuse. Son risque est actuellement estimé entre 0,5% et 1%. Des mesures sont toutefois prises pour le diminuer :

  • la préparation de la peau de la hanche
  • une asepsie stricte pendant l’intervention
  • l’administration préopératoire d’antibiotiques.

L’infection profonde se traduit par une rougeur anormale de la cicatrice ou un écoulement persistant. Elle nécessite l’association d’un geste chirurgical – de nettoyage ou de changement de la prothèse –, puis un traitement antibiotique.

SAVOIR +
L’arrêt du tabac, la perte de poids, l’équilibration du diabète sont des mesures importantes de prévention du risque infectieux.

La thrombose veineuse profonde

Elle résulte de la coagulation du sang dans les veines du mollet. Les symptômes sont des douleurs et un gonflement de la jambe. Cette complication peut être la cause d’une embolie pulmonaire. Afin de limiter ce risque, vous êtes traité après l’intervention par un traitement oral ou une injection quotidienne d’anticoagulants durant quatre à six semaines. Il est très important pour votre sécurité que vous suiviez ce traitement selon la recommandation de votre chirurgien. Par ailleurs, vous vous levez très rapidement après l’intervention afin de favoriser la circulation sanguine.

INFO +
En cas de doute, ne prenez pas d’antibiotiques sans avoir consulté un médecin, car des prélèvements peuvent être nécessaires avant de débuter le traitement.

Des saignements

La pose d’une prothèse est une chirurgie qui provoque des saignements. Des médicaments spécifiques et des techniques adaptées les limitent de façon considérable. Il est rarement nécessaire de recourir à des transfusions durant ou après l’intervention (<10%). Un hématome important nécessite rarement qu’on le résorbe.

La luxation

Un faible risque de luxation (déboîtement) de la prothèse existe, surtout lors des premières semaines. Il varie selon la technique chirurgicale choisie, les implants utilisés et les facteurs propres au patient.

Lors d’une luxation, la tête de la prothèse sort de la cupule et il en résulte d’importantes douleurs ainsi qu’une impossibilité de bouger la hanche. Il est alors nécessaire de remettre en place (réduire) la prothèse sous anesthésie générale en urgence. L’épisode de luxation est souvent isolé et, dans la majorité des cas, ne se reproduit pas. Une ré-opération est rarement nécessaire.

Lors de vos premiers levers postopératoires, l’équipe de physiothérapie vous rappelle les mouvements conseillés et ceux à éviter afin de minimiser ce risque.

Luxation de la prothèse de la hanche droite

La fracture

Elle survient au cours de l’implantation de la prothèse, dans moins de 1% des cas. Elle est le plus souvent due à une fragilité anormale de votre os et est traitée pendant l’opération. La fracture peut aussi se produire plusieurs mois ou années après la pose de la prothèse, à la suite d’une chute ou d’un faux mouvement. Elle nécessite souvent une ré-opération et parfois le changement de la prothèse.

Quelles sont les complications après la première année ?

L’infection

Une infection est toujours possible, même très longtemps après la chirurgie. Les infections cutanées, ORL, digestives, urinaires, ou autres, peuvent contaminer la prothèse. Soyez vigilant, toute infection dentaire ou urinaire en particulier doit être traitée rapidement auprès de votre médecin traitant.

Si vous suspectez une infection de la PTH (rougeur, fièvre), il est important que votre médecin vous adresse en consultation orthopédique ou aux urgences, mais sans prescrire d’antibiotiques, car ils risquent de fausser les prélèvements.

Le descellement de la prothèse

La prothèse se «décolle» de l’os. C’est une complication rare, liée à l’usure progressive de la prothèse. Lorsque cette dernière n’est plus correctement fixée à l’os, vous pouvez ressentir des douleurs nouvelles ou une sensation d’instabilité. Dans cette situation, consultez votre chirurgien, sans urgence, afin de réaliser un bilan radiologique. En cas de progression du descellement, une luxation de la prothèse ou une fracture autour de celle-ci peut survenir.

Un changement partiel ou complet de la prothèse est alors discuté avec vous.

Dernière mise à jour : 28/06/2021