Types de tumeurs

Grâce à l’amélioration de la prise en charge et de la diversification des traitements ces 40 dernières années, plus de 75% des enfants présentant un cancer peuvent être actuellement guéris. Ces progrès se sont effectués notamment grâce à l’intensification des traitements. Malheureusement, certains sont hautement délétères pour la fonction ovarienne avec des risques d’infertilité.

Leucémies aigues lymphoblastiques et myéloblastiques

Pour certains enfants leucémiques présentant une situation à haut risque de rechute, une greffe de moelle est envisagée et proposée si un donneur est identifié. Celle-ci a lieu après une mise en rémission complète de la maladie par de la chimiothérapie à hautes doses (alkylants) et/ou une irradiation corporelle totale. La question de la préservation de la fertilité doit être abordée dès qu’une greffe est envisagée.

Tumeurs solides et lymphomes

Dans certains cas de tumeurs solides abdominales même localisées (tu de Wilms, neuroblastome, rhabdomyosarcome, mal de Hodgkin), une irradiation abdominale et/ou pelvienne est nécessaire. Dans ces situations, une transposition des ovaires doit être tout d’abord discutée.

Dans certaines pathologies tumorales avancées (neuroblastome, tumeur d’Ewing, rhabdomyosarcome, médulloblastomes, lymphomes, mal de Hodgkin, etc), une intensification du traitement avec des hautes doses de chimiothérapie (alkylants) plus ou moins suivies d’une greffe de moelle peut être proposée. Là encore le risque d’infertilité est important et une préservation de la fertilité doit être discutée.

Dernière mise à jour : 29/01/2019