Les HUG forment aux tests antigéniques rapides de dépistage

Partager Imprimer
test antigénique Covid

Les HUG, en collaboration avec le Centre interprofessionnel de simulation, enseignent la technique du frottis nasopharyngé  et la réalisation des tests antigéniques à des formateurs et à des non professionnels de santé, chargés de réaliser le dépistage en ville. Cette formation a lieu dans le cadre de la mise en place de ces tests pour détecter le nouveau coronavirus dans le canton. Objectif : freiner l’épidémie grâce à un dépistage massif.

Cette formation s’adresse à des professionnels de santé – pharmaciens, infirmiers, médecins – qui deviennent ensuite des référents, avec la possibilité de former à leur tour. Elle concerne également des miliciens de la protection civile ou des collaborateurs non professionnels de santé de centres de dépistage privés qui obtiennent ainsi une attestation provisoire de pratique, exigée par la Direction générale de la santé pour la délégation de ce geste médical.

La formation est donnée conjointement par des experts médicaux (ORL, infectiologues, spécialistes en prévention et contrôle de l’infection) des HUG et des formateurs du CiS, compétents en simulation. Elle se déroule sur une demi-journée et comporte trois volets :

  • une partie théorique
  • un entraînement pratique sur mannequin et entre participants au CiS
  • une immersion au Secteur E de tests des HUG, en binôme avec un infirmier.

Les apprenants acquièrent des compétences au geste de frottis, à l’équipement de protection individuelle (surblouse, gants, masques, lunettes, désinfection) et à la procédure complète (accueil du patient, réalisation du frottis et du test, lecture et rendu du résultat).

Débutée le vendredi 6 novembre, la formation a lieu tous les jours de la semaine et se poursuit sur deux semaines, voire davantage en cas de besoin. Chaque session comprend 8 candidats.

Résultat en 15 minutes

Un test antigénique détecte une protéine définie du virus avec un dispositif assez simple. Le prélèvement consiste en un frottis nasopharyngé comme pour le test moléculaire par RT-PCR (Reverse Transcription-Polymerase Chain Reaction ou réaction en chaîne par polymérase à transcription inverse). Concrètement, la personne, revêtue d’une combinaison de protection, effectue un frottis au fond du nez du patient, puis introduit l’écouvillon dans un tube pour extraire un maximum d’échantillon. Elle dépose ensuite quelques gouttelettes sur le test et le résultat est connu en 15 minutes sous forme de bande colorée (comme pour un test de grossesse).

Ces tests ont une sensibilité entre 85% et 90% (10 à 15% de faux négatifs) et une spécificité de quasi 100% (pas de faux positifs). « La sensibilité est imparfaite, mais il s’agit toutefois d’une minorité de cas, dont la plupart sont probablement pas ou peu contagieux. Dans une perspective de santé publique, la possibilité de délocaliser ces tests et de les rendre accessibles à large échelle, associé à un rendu de résultat rapide, compense ce manque de sensibilité. Le dépistage massif est essentiel pour freiner l’épidémie », souligne la Dre Frédérique Jacquérioz Bausch, médecin adjointe, responsable des secteurs de tests Covid-19 aux HUG. Dans certains cas, en particulier en présence de facteurs de vulnérabilité, un résultat négatif obtenu par test antigénique doit être confirmé par un test RT-PCR, optimal pour sa fiabilité.

Critères de sélection

Pour bénéficier d’un test antigénique rapide, la personne doit présenter des symptômes depuis moins de quatre jours et ne pas faire partie des personnes vulnérables. La Confédération a distribué un contingent de 80'000 tests rapides à Genève. L’objectif est de réaliser à terme 5 000 tests (rapides et RT-PCR) par jour sur tout le canton.

Dernière mise à jour : 13/11/2020