transplantation

Aspect psychologique

La sortie de l’unité est une première étape pour laquelle vous vous réjouissez sans doute. Elle exige cependant de nombreuses précautions. Parfois, vous pouvez vous sentir découragé par le chemin qu’il reste à parcourir.

La sortie est souvent un moment de vulnérabilité sur le plan psychologique, car elle fait suite à une hospitalisation éprouvante. Vous pouvez également ressentir une perte de l’élan vital. Si celle-ci perdure, n’hésitez pas à consulter.

La réaction greffon contre hôte

La maladie greffon contre hôte, appelée GVH (ou GVHD - Graft versus Host Disease), survient lorsque les cellules souches saines du greffon (le donneur) attaquent les cellules de l’hôte (le receveur). Cela se produit si les cellules du donneur perçoivent le receveur comme un corps étranger.

Cette réaction ne peut pas être évitée dans tous les cas. En effet, malgré les efforts déployés pour atteindre la meilleure compatibilité possible, il persiste toujours des différences génetiques entre le donneur et le receveur.

Soins corporels

Vos défenses immunitaires sont encore fragiles. Pour vous protéger d’éventuelles infections, pratiquez une hygiène corporelle rigoureuse et prenez des précautions pour éviter des lésions de la peau (coupures, écorchures, etc.).

Après la transplantation, l’aspect physique est souvent modifié: perte de cheveux, fonte musculaire, changement de l’aspect de la peau, etc. Tous ces signes disparaissent avec le temps. Ils demandent la compréhension de votre entourage.

Le soleil et vous

Votre peau a été fragilisée par les traitements. De plus, beaucoup de médicaments sont photo-sensibilisants. Ils peuvent provoquer l’apparition de taches sur la peau après une exposition au soleil.

La vie en famille et en société

La période après la transplantation et le retour à domicile sont marqués par un état de fatigue. C’est tout à fait normal. Il faut l’apprivoiser et laisser à votre corps le temps de récupérer. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin et vos proches.

Nous vous conseillons une reprise progressive de vos activités, avec néanmoins quelques précautions indispensables durant les trois premiers mois, puis selon la poursuite de votre traitement immunosuppresseur.

Vous pouvez reprendre une vie normale avec votre famille, mais des précautions s’imposent.

Médicaments et vaccins

Vous suivez un traitement médicamenteux lourd, mais indispensable. Il fait l’objet d’une ordonnance détaillée remise lors de votre sortie de l’hôpital. Celle-ci est renouvelée et adaptée à votre état de santé lors des consultations du suivi post-transplantation. Le traitement s’allège au fil du temps. Signalez au médecin la survenue de tout nouveau symptôme.

Alimentation

Vous devez reprendre des forces ! Consommez des aliments riches en protéines.

N’hésitez pas à contacter la diététicienne attachée au programme de transplantation et qui vous a conseillé avant votre sortie.

Ne soyez pas surpris si les aliments n’ont plus le même goût. Les chimiothérapies peuvent altérer les papilles gustatives. Rassurez-vous, ce phénomène est réversible, mais demande un peu de temps.

Les achats

Privilégiez les achats alimentaires emballés industriellement plutôt que ceux servis au comptoir ou en vrac. Surtout s’ils sont crus. Choisissez des aliments en portions couvrant la consommation journalière: deux jours au maximum.

Favorisez aussi les petits conditionnements pour les produits tels que les laitages, gâteaux secs, boissons, compotes, confitures, ketchup, sauce à salade, etc.

Pages