douleur

Utilisation et mode d’administration

Comment la morphine est-elle utilisée ?

La morphine doit être prise régulièrement et à heures fixes pour un soulagement efficace. La dose est adaptée en fonction de l’intensité de la douleur et de la situation de chacun. La douleur peut varier dans la journée et selon les activités. C’est pourquoi, vous avez à disposition des doses supplémentaires de morphine, appelées «doses de réserve».

Les effets indésirables de la morphine

Le traitement par morphine peut provoquer plusieurs effets indésirables. Des solutions existent pour les prévenir ou les atténuer.

Constipation

Les opioïdes entraînent une constipation en diminuant à la fois les contractions du tube digestif et la sécrétion de liquides dans l’intestin. Cet effet indésirable persiste tout au long de la prise de morphine. Pour prévenir la constipation, il est nécessaire de prendre régulièrement des laxatifs spécifiques. Ils vous sont prescrits dès le début du traitement et pour toute sa durée.

Vos questions les plus fréquentes

La morphine est-elle efficace contre toutes les douleurs ?

Bien qu’elle soit un très bon antalgique, elle n’est pas efficace contre tous les types de douleur. Le médecin peut prescrire d’autres médicaments tels que des anti-inflammatoires, des antidépresseurs ou des antiépileptiques. Il peut aussi prescrire un traitement non médicamenteux comme de la physiothérapie.

Y a-t-il une dose maximale à ne pas dépasser ?

La morphine peut être augmentée par votre médecin tant que la douleur n’est pas suffisamment soulagée.

Qu’est-ce que l’anesthésie par cathéter nerveux périphérique ?

L’anesthésie par cathéter nerveux périphérique est l’injection et la perfusion continue d’anesthésiques à travers un cathéter (tuyau en plastique souple très fin) à proximité des nerfs responsables de la région à opérer. Cette forme d’anesthésie rend insensible la partie du corps proche du cathéter et permet de réaliser de façon indolore un acte chirurgical.

Quels traitements pour l’endométriose ?

Les options thérapeutiques varient selon les cas. C’est avant tout l’objectif poursuivi qui conditionne le choix. S’agit-il de traiter une infertilité ou de lutter contre les douleurs ? S’agit-il d’éliminer la maladie le plus radicalement possible et de diminuer le risque de récidive ? Ces questions sont abordées lors d’un entretien avec votre médecin afin de choisir un traitement spécifique, sur mesure. Selon la situation, un ou l’association de différents traitements sont proposés.

Soulager la douleur

Qu’elle soit provoquée par une maladie ou par une opération, la douleur peut générer une souffrance importante, tant physique que psychologique. Depuis 2003, les HUG poursuivent un programme institutionnel visant à améliorer l’évaluation, le traitement et le suivi de la douleur. Il s’intéresse également à la douleur induite par les soins.

Pages