2017

Ventilation en Soins IntensifsVentilation en Soins Intensifs

Le service des soins intensifs adultes des HUG a procédé au remplacement de 16 respirateurs. Le choix s'est porté sur le nouvel Hamilton C6 pour la simplicité de son interface et ses performances ventilatoires. Dotée d'une turbine, la machine permet des débits instantanés importants tout en garantissant des Vt (volume) précis.

L'interface intuitive permet une meilleure compréhension de la mécanique pulmonaire. Le respirateur est doté de modes ventilatoires avancés tels que l'aide adaptative et sa version complète avec régulation par réglages des consignes en PetCO2 et SpO2. La réalisation de courbes "Pressions/Volumes" a été simplifiée et permet de faciliter les manœuvres de recrutement alvéolaire.

Par ailleurs, la machine est équipée d'un chariot compact, avec batteries intégrées, ce qui facilite le transports de patients relevant de soins aigus. 

 

Microscopes de neurochirurgieMicroscopes de neurochirurgie

Les blocs opératoires des HUG viennent de procéder à la mise en service de 4 microscopes opératoires dédiés à la neurochirurgie.

Fabriqués par la société Leica, les M530 OHX disposent de toutes les fonctionnalités nécessaires à cette discipline exigeante. Un système d'équilibrage simple et intuitif permet à tout moment d'assurer une stabilité parfaite. Les microscopes sont également dotés du module d'injection d'images dans les oculaires qui permet la superposition de données issues de plusieurs systèmes de navigation. De même, chaque unité est équipée de modules de fluorescence permettant une meilleure visualisation des vaisseaux et des tumeurs.

L'ensemble des machines sera, à terme, connectable aussi bien aux systèmes de navigation (image et asservissement de positionnement) qu'au système de gestion vidéo facilitant ainsi l'affichage multi-écrans et l'enregistrement. 

 

Salles de radiologie à capteur plan "Os-Poumon" pour le service de pédiatrie Salles de radiologie à capteur plan "Os-Poumon" pour le service de pédiatrie 

Dans le courant de l'année 2017, un appel d’offres pour le renouvellement des salles de radiologie conventionnelles numériques a permis d’acquérir deux capteurs plan Os-Poumon (Samsung modèle GC85A).
Grâce au système d’assistance motorisée et d’asservissement du tube et du capteur, le Service peut optimiser la prise en charge des jeunes patients tout en facilitant le travail du technicien en radiologie. L’interface à écran tactile installé sur la suspension plafonnière permet de visualiser les informations (constantes du tube, angle de rotation, dernière image, etc.) et améliore l'ergonomie des salles conventionnelles. Une caméra de centrage écarte les risques d'irradiation au moment du positionnement du tube, en particulier lors de la reconstruction de grands axes.

Chaque salle est équipée de trois capteurs de dimensions différentes afin de répondre aux besoins de la pathologie et pour faciliter la prise en charge. Certains logiciels ont été mis en place comme la suppression des structures osseuses. La visibilité des nodules pulmonaires est facilitée par un traitement d'image qui rend invisibles les os de la cage thoracique, sans irradiation supplémentaire.

Enfin, un effort particulier a été effectué sur le design épuré des équipements et sur la configuration des salles. L’objectif est de rendre les salles de radiologie accueillantes et conviviales,  en jouant sur les jeux de lumières et sur les dispositions des équipements. Cet ensemble d'aménagements favorise la mise en confiance du jeune patient face aux examens qui lui sont faits.

 

Echographes de consultations et spécialisés pour le service de radiologieEchographes de consultations et spécialisés pour le service de radiologie 

Après une mise en concurrence de 10 sociétés et de nombreux essais en lien étroit avec le Service d’imagerie, le modèle RS80 de la marque Samsung a été retenu.

Le RS80 a séduit cliniquement grâce à son ergonomie et à sa facilité d’utilisation. Il est équipé d'un doppler de très bonne qualité ainsi que d’un panel de sondes et gammes de fréquences confortables pour l’ensemble de l’activité. Un système de ponction avec guidage est disponible ainsi que la possibilité de fusion d’image automatique à partir de celle en provenance de l'IRM.

D'un point de vue anatomique, il est équipé d'un système de compensation de la respiration, particulièrement adapté dans la prise en charge de patients "difficiles". La fusion permet en outre, de combiner, pour un même patient, une image fonctionnelle et une image morphologique.

Les 4 premiers échographes ont été mis en service en mars 2017.

 

Echographes de consultations et spécialisés pour le service de radiologie Remplacement de la salle d'électrophysiologie

A la suite d’un appel d’offres et dans le cadre du renouvellement de la salle de rythmologie du Service de cardiologie des HUG, la toute première salle interventionnelle Toshiba-Canon en Suisse a été installée en Janvier 2017.

Ce système interventionnel biplan compact, équipé de deux capteurs plans de dimension 20*20 cm, ainsi que de bras techniques plafonniers permettent une ergonomie de salle optimale, avec la possibilité d’installer une cabine de radioprotection pour limiter le port du tablier plombé par le médecin.

Les arcs en C constitués de tubes, émetteurs de rayons X, sont capables de pivoter à 180° pour orienter les rayons et atténuer la dose reçue par les utilisateurs. Le débit de celle-ci a considérablement été réduit d’environ 70%, par rapport à l’ancienne salle.

Une application "spotfluroroscopie" a également été installée permettant de focaliser sur une zone d’intérêt pour limiter l’irradiation des tissus environnants du patient, tout en conservant un champ de vue global.

Aussi et toujours dans l’intérêt d'une réduction de dose, le logiciel "Dose tracking" a été installé. Ce dernier est une application de visualisation en temps réel de l’irradiation sur le patient et il est possible d'en modifier le flux, pendant l’intervention et limiter ainsi le risque de surexposition.

Cliniquement, les applications novatrices d’acquisition 3D, mais aussi de fusion d'image, ont été installées afin de coupler/superposer notamment les images IRM avec les images acquises par la salle interventionnelle. Après plusieurs mois d’activité, le retour des médecins est concluant : la qualité d'image a grandement été améliorée permettant des gestes plus précis de la part des utilisateurs et en sécurisant d’avantage le patient.
 

Dernière mise à jour : 25/06/2020