Comment savoir quand consulter ?

Votre enfant souffre de troubles du sommeil ou de l’alimentation ? Il n’est pas à l’aise à l’école ? Le climat familial est pesant ?

A partir du moment où il y a de la souffrance, où un malaise est ressenti par l’enfant (et par d’autres membres de la famille), tout peut être un motif de consultation. Aujourd’hui, les enfants sont en prise directe avec ce qu’il se passe dans le monde et leur équilibre psychique est devenu une préoccupation majeure de leurs parents. 

Quand demander de l’aide ?

Lorsque cela est possible, il est conseillé de faire appel au médecin traitant ou au pédiatre qui suit l’enfant habituellement. Selon son âge et le type de problème, il sera éventuellement orienté vers l’une des unités du SPEA. Les demandes de consultation pour troubles de l’alimentation et du comportement alimentaire (AliNEA) et pour les adolescents en détresse (Malatavie) peuvent être adressées directement par les parents.

Quels sont les problèmes courants ?

Vous avez remarqué des signes qui vous inquiètent ? Rassurez-vous : il ne s’agit pas forcément d’un trouble psychique.

Les motifs de consultation fréquents pour chaque catégorie d’âge :

Chez les petits et tout petits (jusqu’à 4-5 ans)

Les parents craignent parfois un retard dans l’acquisition de la marche ou du langage. Ils sont confrontés à des angoisses de séparation de l’enfant ou à des problèmes de socialisation à la crèche, entre autres. Le petit enfant peut avoir un comportement agité, inhibé ou bizarre.

Souvent, ce sont des problèmes fonctionnels qui se remarquent en premier : le sommeil et l’alimentation se compliquent, l’enfant qui était propre refait pipi au lit (énurésie), il se retient d’aller à la selle, il a des fuites de selles (encoprésie). Il passe de nombreuses heures devant les écrans… Il ne parle pas, prononce mal les mots. Son humeur est différente, il est plus jaloux, plus craintif, plus anxieux… Il a vécu un traumatisme comme un divorce ou un deuil, des abus et de la maltraitance, et son comportement s’en trouve altéré.

Les séparations parentales et les problèmes de droits de visite sont fréquemment des causes de souffrance pour l’enfant. Un parent malade peut également lui faire du souci ou peser sur son développement. Parfois, c’est le parent qui a des problèmes psychologiques et vient consulter par crainte que son enfant ne souffre de la même chose. Ainsi, la relation parent/enfant est au cœur de toutes les consultations.

A l’école

Des problèmes de concentration et d’apprentissage ainsi que des problèmes de comportement peuvent apparaître dans le contexte scolaire. Le stress et la crainte d’aller à l’école peuvent se manifester. Les situations de harcèlement sont parfois difficiles à déceler. L’enfant présente peut-être des difficultés dans ses relations avec ses camarades de classe et les adultes.

Dans ce type de situations, c’est l'Office médico-pédagogique à Genève qui intervient.

+ INFO
Pour plus d'informations, consultez la page Trouble du développement

A l’adolescence

Toutes sortes de questions viennent tourmenter le jeune sur son devenir, son aspect physique, ses relations avec ses parents et l’autorité. Autant de changements qui peuvent se répercuter sur son humeur, paraissant tantôt hostile, provocatrice ou renfermée. Les troubles du comportement alimentaire débutent à cet âge et sont fréquents. En cette période de transformation, les troubles anxieux peuvent prendre une tournure obsessionnelle, avec des rituels et pensées répétitives.

Communiquer avec l’adolescent devient plus difficile. Souvent, il semble totalement absorbé par les jeux électroniques. Ses parents sont inquiets des substances qu’il consomme et de ses comportements addictifs (alcool, drogues). Lorsqu’il se fait du mal volontairement (automutilation), qu’il a des idées noires, une grande tristesse, des goûts et intérêts restreints, l’entourage est désorienté et, bien souvent, l’aide à trouver du soutien. (Consultez la page Malatavie, unité de crise pour ados)

Et si la santé physique de l’enfant est atteinte ?

L’esprit et le corps fonctionnent ensemble; c’est pourquoi les pédiatres et les pédopsychiatres travaillent également ensemble. Chaque jeune patient hospitalisé pour des raisons somatiques bénéficie d’une prise en charge globale, incluant la dimension psychologique. De même, chaque enfant hospitalisé en psychiatrie bénéficie d'une prise en charge et d'un bilan pédiatrique.

Le rôle des pédopsychiatres et psychologues de liaison est de fournir ce travail en lien avec les équipes de soins somatiques. Un enfant souffrant d’une maladie chronique ou d’un cancer bénéficie d’un soutien psychologique. Lors de pathologies avec un retentissement physique, il doit donc être soigné également dans ce sens, par exemple en cas de troubles du comportement alimentaire

Problèmes scolaires 

Si l’enfant est scolarisé à Genève et présente des troubles de l'apprentissage ou psychologiques, des défauts de langage, des symptômes anxieux ou comportementaux, les enseignants peuvent proposer à ses parents de consulter l'Office médico-pédagogique (OMP). L’objectif de l’OMP est que tout enfant puisse suivre une scolarité normale. Il offre des prestations de soin, de promotion et de prévention de la santé psychique, ainsi que des dispositifs d’enseignement spécialisé. C'est la structure ambulatoire pédopsychiatrique de premier recours à Genève pour les enfants d’âge scolaire.

Bien sûr, l’environnement de l’enfant n’est pas cloisonné et ses problèmes se limitent rarement au cadre scolaire. Des soins avec un suivi individuel et familial peuvent lui être proposés en tout temps au SPEA, si cela est indiqué.

Plus d’informations

infokids

MonDossierMédical

MonDossierMédical  MonDossierMédical

Dernière mise à jour : 22/09/2020