Soins et surveillances pompe PCA

Origine : C. Massebiaux, C. Beguin, A. Vinsonneau, K. Amanzou, D. Goschler, T. Laroche, C. Bollondi, S. Kupferschmid, I. Iselin
Approuvé par Direction des soins HUG : A. Laubscher - Direction médicale : Prof. A. Perrier Juin 2016

Compétences :

Infirmier d’unité d’hospitalisation : surveillances

Infirmier spécialisé anesthésie, antalgie, soins intensifs, infirmiers d’unités de soins généraux en contexte de soins spécifiques (cf § définition): surveillances et programmation à partir de la prescription médicale.

Imprimer le résumé

Cadre de référence
Liens fiches matérielles
Définition
Indications
Programmation
Risque - précautions - prévention
Matériel
 


 

 

 

Cadre de référence

Règles d'asepsie et d'hygiène hospitalière en vigueur dans l'institution (SPCI)

Réseau douleur HUG

 

Liens fiches matérielles

Fiche pompe : CADD LEGACY® PCA

Fiche surveillance / contrôle / historique / changement de poche : MICREL Rythmic evolution®

Fiche programmation : MICREL Rythmic evolution®

 

Définition

La pompe est un moyen sûr d’administration d’antalgiques et / ou d’anesthésiques locaux, en continu et/ou en bolus à doses pré définies. Grâce au bouton poussoir, le patient  peut administrer un bolus de médicament si besoin sous restriction de la programmation. 
L’administration de ces produits peut se faire par voie :

  • intra veineuse (opiacés)
  • péridurale (anesthésiques locaux et opiacés)
  • sous cutanée (opiacés)
  • blocs péri-nerveux (anesthésiques locaux)

Types de pompes aux HUG :

  • CADD Legacy® PCA
  • MICREL Rythmic evolution®

Lorsque le patient est suivi par la consultation anesthésie/antalgie post-op, les pompes PCA sont programmées par l’équipe d’anesthésie.
Pour les autres prises en charge l’équipe médico-infirmière en charge du patient est responsable de la mise en place et du suivi des pompes PCA.

 

Indications

Douleurs postopératoires.
Amélioration de l'autonomie du patient lors de traitement antalgique par voie parentérale ou antalgie lorsque le patient ne peut plus prendre le traitement par voie per os (situations palliatives).

 

Programmation

Il existe différents modes de programmation :

  • continu = possible en pédiatrie
  • continu + bolus
  • bolus seul
  • bolus automatiques + bolus

Les différentes unités utilisées sont millilitre, milligramme, microgramme.

 

Risques - prévention - précautions

Le patient est informé par le médecin prescripteur en collaboration avec l’infirmière.
La connaissance des produits injectés, des effets secondaires et des surveillances est impérative.

AVANT TOUTE MANIPULATION : ARRETER LA PERFUSION

La manipulation de la pompe est pratiquée par une infirmière expérimentée ou supervisée par un professionnel expérimenté.

La connexion de la perfusion d’opioïdes par voie parentérale, doit être placée au plus près du site d’injection afin de diminuer le temps de contact des produits dans la tubulure, avec une valve anti-reflux.

La valve anti reflux située sur le Y doit être impérativement montée sur le circuit de la perfusion d’entretien; elle a pour but d’empêcher le médicament de la PCA de remonter dans le circuit.

Cette précaution est valable pour tout traitement d’opiacés IV continu quelque soit la pompe volumétrique utilisée (pousse seringue)   Voir schéma ci- après. 

Soins et surveillances pompe PCA

Une valve anti-reflux est déjà intégrée sur la tubulure spécifique  PCA en amont de l’Y

Très important : La tubulure diffère selon la voie d’administration :

  • Set de tubulure spécifique jaune pour les anesthésiques locaux par  péridurale et bloc péri-nerveux (PCNA, PCEA)
  • Set de tubulure spécifique transparente pour les opiacés IV et S/C avec valve anti-retour intégrée.

Selon prescription, commander le flex, soit d’opiacés soit d’anesthésiques locaux à la pharmacie (Commande Qualiac)

Feuille d’identification (rouge, bleue, jaune) disponible auprès de l’équipe d’anesthésie (post- op) selon la technique choisie

  • JAMAIS D’ANESTHESIQUES LOCAUX EN IV

La purge de la tubulure doit être de préférence effectuée avec la pompe.

ATTENTION

Toute connexion supplémentaire au système doit être disposée en amont de la valve anti reflux.

 

Matériel

Les pompes sont disponibles auprès du service d'anesthésie (antalgie post-opératoire) ou du département concerné.

 

Surveillances

Vérifier que le site d’injection corresponde au mode prescrit (péridurale, veineux ou sous-cutané, blocs périphériques)
Vérifier les prescriptions, la programmation de la pompe, les quantités administrées en continu et en bolus durant les dernières heures, la quantité d'opiacé administré par 24h

Lors de la programmation, assurer un double contrôle.
Surveiller le fonctionnement et la mise en place du système :

  • l’état de la batterie si le changement de piles est nécessaire ou au bénéfice d'une batterie rechargeable 
  • la perméabilité
  • l’emplacement de la valve anti reflux (Cf. schéma 1 et 2)
  • la mise en place correcte de la connection de l'antalgique au plus près du cathéter ou de la voie veineuse

NB : Hors prise en charge par l’équipe antalgie post op, en cas de problème technique et en l’absence des équipes ressources, envisager l'administration du traitement per os ou sous cutanée ou intraveineux au moyen d'un pousse seringue.

1- Surveillance liées aux médicaments opiacés, efficacité et effets indésirables du traitement :
     Examen clinique :

  • évaluation de la douleur (outil d’évaluation adapté pour mesurer l’intensité)
  • de l’état neuro-cognitif (entre autres : somnolence, présence d’hallucinations)
  • de la fonction respiratoire  (entre autres : Fréquence respiratoire, amplitude, régularité, ronflements)
  • de la fonction digestive (entre autres : nausées, vomissements, retard du transit)
  • Présence de prurit
  • Présence de rétention urinaire

Surveillance du surdosage des opiacés : altération de la vigilance, apparition d'une somnolence, apparition de myoclonies, d'hallucinations ou de cauchemars, diminution de la fréquence respiratoire. Le risque d'effets secondaires est majoré en cas d'administration en intra-veineux en push.

Surveillance des signes de sevrage : exacerbation des douleurs, irritabilité, crampes abdominales, diarrhées, sudations, tachycardie, douleurs musculaires, vomissements.

Intoxication aux opiacés : la naloxone (Narcan®) peut être utilisée en cas de surdosage (attention aux signes de sevrage!). Préparation : diluer une ampoule de 0.4 mg dans 10 ml de NaCl 0.9% et titrer par palier de 0.04 mg-0.08 mg

Complément : Recommandations utilisation de la morphine iv Réseau douleur HUG
Document : Recommandations utilisation de la morphine iv - Réseau douleur HUG


2-  Surveillance liée à l’antalgie par voie péridurale :
     Document : « Antalgie Post opératoire » page 29
 
3-  Surveillance spécifique liée à l’administration d’un traitement d’anesthésiques locaux : se référer au document sur l’antalgie Post opératoire page 34-35.

 

Entretien

Elimination des déchets : Flex + tubulure dans un sac "filière jaune".

Précautions d'entretien 

  • Evitez d'utiliser des solvants, comme de l'acétone par exemple, sur les surfaces de la pompe. Ne pas tremper la pompe dans un liquide ou une solution de nettoyage, car risque d'endommager les composants mécaniques ou électroniques. 
  • En fin d’utilisation, renvoyer les pompes par transporteur en salle de réveil OPERA Etage P ou auprès du service matériel du département.

 

Dernière mise à jour : 29/08/2023