Principes pour les soins de plaies chez les patients diabétiques

Origine : GRESI Mme R. Alvarez, Présidente du GRESI
Mmes M. Szewczyk, S. Marcionetti, M. G. Cimarelli, (ISC patients diabétiques), M. Arbona Victorion, M.-H. Tarteaut, N. Donnat - ISC plaies & cicatrisation
Pr Jacques Philippe, Dr Vuagnat.

Validé par : M. A. Laubscher, Directeur des soins HUG, Prof. P. Dayer, Directeur médical HUG
Validé par : GRESI : octobre 2012

Lorsqu’un patient est diabétique :
Rechercher :

  • S’il a une perte de sensibilité (chiffre du diapason donné par le médecin, test du mono-filament).
  • S’il a une insuffisance artérielle (palpation des artères fémorales, poplitées, tibiales postérieures et pédieuses).
  • Si le diabète est contrôlé.
  • Si des lésions du pied ont existé avec une morphologie et des points d’appuis traités, si l’état des chaussures est correct.

Rechercher les éventuelles altérations cutanées : pré-lésions, mycoses, plaies, mal-perforant plantaire, plaies chirurgicales ou autres pathologies

Prévenir et éduquer

  • Eduquer le patient à l’observation au quotidien de ses pieds - peau, ongles, rougeur, callosités, douleur.
  • Prise en charge pluridisciplinaire.
  • Examiner les répercussions du diabète sur la qualité de vie influençant l’observance des soins.

Imprimer le résumé

Cadre de référence
Facteurs prédisposants
Les altérations cutanées
Prévention - précautions
Prévention - éducation

Cadre de référence

Référence bibliographique :

« Les soins de plaie : comprendre, prévenir et soigner. SAfW » - commission formation/éducation - Médecine & Hygiène 2011
« Les soins de plaies au cœur du savoir infirmier, de l’évaluation à l’intervention pour mieux prévenir et traiter », ordre des infirmier(e)s du Québec, 2007

 

Facteurs prédisposants

Les neuropathies - sensitives (perte de la sensibilité), autonomes (sécheresse de la peau et callosités/kératoses), motrices (déformations statiques et osseuse), l’artériopathie, l’ostéoarthropathie et l’altération du système immunitaire sont les facteurs déclenchants des plaies chez le patient diabétique.

Rechercher :

  •  Si le patient a une perte de sensibilité (chiffre du diapason donné par le médecin, test du monofilament).
  •  S’il a une insuffisance artérielle (palpation des artères fémorales, poplitées, tibiales postérieures et pédieuses).
  •  Si le diabète est contrôlé.
  •  Si des lésions du pied ont existé avec une morphologie et des points d’appuis traités, si l’état des chaussures est correct.

 

Les altérations cutanées

Pré-lésions

1.   Rougeur
2.   Sécheresse de la peau
3.   Hyperkératose : une hyperkératose peut cacher un mal perforant
      plantaire. ⇒ Demander une consultation de pédicure-podologue                   
4.   Pressions sur déformations :

o    Pieds creux - pied de Charcot (affaissement de la voute plantaire)
o    Orteil en marteau
o    Hallux- valgus
⇒   Demander une consultation de pédicure-podologue

Hallux - valgus    Pied de Charcot
Hallux - valgus               Pied de Charcot

Mycoses

Examiner les espaces interdigitaux à la recherche d'une macération ou mycose

Mycoses

Plaies

  • Escarres

La prévention est d’autant plus importante que le patient a des troubles de la sensibilité. Les escarres des talons et des malléoles sont de ce fait plus fréquentes chez les patients diabétiques. Pour les escarres situées ailleurs qu’aux pieds, se référer aux «Recommandations thérapeutiques Escarres ».

  •  Ulcères

Toutes les pathologies ulcéreuses peuvent exister chez les diabétiques (ulcères variqueux, artériels, mixtes).

L'hyperkératose peut cacher une plaie

L'hyperkératose peut cacher une plaie  L'hyperkératose peut cacher une plaie
Avant                        Après débridement

  • Les maux perforants plantaires

Ils sont le résultat d’une longue évolution liée aux troubles de la sensibilité et aux troubles de la statique du pied. Pression dans la chaussure, hyperkératose, ulcérations, infections musculaires et destruction osseuse participent à l’apparition d’un mal perforant plantaire.

Les maux perforants plantaires
Les maux perforants plantaires

  • Plaies chirurgicales et plaies traumatiques diverses

 

Prévention - précautions

Les troubles de la sensibilité des patients diabétiques augmentent les risques d’apparition des plaies.
Le diabète ralenti la cicatrisation des plaies :         

  • Veiller à l’équilibre du diabète  
  • Evaluer les points d’appui - besoin de décharge, corrections orthopédiques, chaussures adaptées (souples, larges, sans couture, sans objet interne …).
  • Respecter les règles d’hygiène : toilette, bien sécher en tamponnant surtout espaces inter-digitaux et hydrater sauf les espaces inter-digitaux
  • Sur prescription médicale, antisepsie avec une solution iodée aqueuse ou chez les patients allergiques à l’iode un antiseptique aqueux type Chlorhexidine® 0.5%.   
  • Fermer les pansements avec des compresses et de l’adhésif « doux » atraumatique.
  • Maintenir le pansement à l’aide d’un pansement tubulaire ou d’une bande non serrée extra fine (sans les crochets) surtout pas de bande élastique
  • Ne pas utiliser d’hydrocolloïdes, de films semi-perméables, d’adhésifs type Méfix® en raison des troubles de la sensibilité tactile des diabétiques et du risque de lésions.
  • En cas d’incertitude, appeler l’infirmière spécialiste clinique en diabétologie ou en soins de plaies.

 

Prévention - éducation

  • Education du patient - observation au quotidien de ses pieds : conseiller utilisation d’un miroir peau, ongles, rougeur, callosités, douleur.
  • Education /interventions du soignant - observation de la peau, hydratation, installations adéquates, prévention des points d’appui et décharge, observations des chaussures, produits de pansements adaptés selon recommandations – Cf. : recommandations plaies chez patients diabétiques.
  • Prise en charge pluridisciplinaire du patient et suivi dans la durée - débridement, soins, décharge, correction orthopédique, reconstruction vasculaire, antibiothérapie systémique selon l’évolution des lésions.
  • Examiner les répercussions du diabète sur la qualité de vie influençant l’observance des soins - soutien sur le long terme au niveau somatique et  psychologique.

 

Dernière mise à jour : 29/01/2019