Cathéter à chambre implantable (DAVI) - Cadre général

Partager Imprimer
GRESI Mme R. Alvarez-Ceyssat
GT J. Lei, F. Rochon, S. Decosterd, C. Massebiaux, Dr Boehlen
Approuvé février 2014
M. A. Laubscher, Directeur des Soins HUG - Prof. P. Dayer, Directeur médical HUG

Dispositif totalement implanté sous la peau destiné à assurer un accès vasculaire permanent pour les injections, perfusions et prises de sang, tout en préservant les veines périphériques.
La pose d’un cathéter à chambre implantable nécessite une intervention chirurgicale sous anesthésie locale exceptionnellement générale.

Compétences

Les manipulations d’un cathéter à chambre implantable doivent être réalisées par des infirmières ayant été instruites et ayant effectué la technique sous la surveillance d'une personne expérimentée, pour validation.

Imprimer le résumé

Cadre de référence
Définition
Indications
Compétences
Risques - prévention - précautions
Cas particuliers
Recommandations du fabricant

 

Cadre de référence

Règles d'asepsie et d'hygiène hospitalière en vigueur dans l'institution
Brochure d’information «Conseils aux porteurs de Cathéter à chambre implantable»
Travail du Dr I. Inan et de Mmes Vallino et Robez-Masson.
Recherche de Pinch-off (syndrome de la pince costo-claviculaire – Cf. doc. du Dr Inan)
Technique spécifique pédiatrie

Procédures complémentaires  à disposition :

 

Définition

1. Description

Dispositif totalement implanté sous la peau destiné à assurer un accès vasculaire permanent pour les injections, perfusions et prises de sang, tout en préservant les veines périphériques.

Le cathéter veineux à chambre implantable standard est composé de :

  • un boîtier en titane dont la membrane de silicone peut supporter environ 2000 ponctions (l’équivalent d’une ponction par jour pendant 5 ans).
  • un cathéter flexible radio-opaque en silicone ou polyuréthane, connecté au boîtier et introduit dans un gros vaisseau, dont l'extrémité distale se situe à l'entrée de l'oreillette droite.

Le cathéter veineux

Il existe également des cathéters à chambre implantable à double chambre et lumière. Chaque chambre est à considérer comme un cathéter à chambre implantable à part entière.

cathéters à chambre implantable à double chambre et lumière

2.  Implantation d'un cathéter avec chambre implantable

La pose d’un cathéter à chambre implantable nécessite une intervention chirurgicale sous anesthésie locale exceptionnellement générale.

Le cathéter est introduit par :

  • dénudation de la veine céphalique ou jugulaire externe.
  • ponction dans la veine sous-clavière ou jugulaire interne ou externe
  • exceptionnellement dans la veine cave inférieure via la veine fémorale

 

Indications

  • Sur prescription médicale.
  • Protection du capital veineux chez les patients nécessitant des traitements intraveineux à long terme.
  • Traitements à long terme comme la chimiothérapie, l’antibiothérapie, l’alimentation parentérale, la transfusion ou la perfusion.
  • Accès veineux aisé et fiable, assurant le confort du patient.
  • Traitements intraveineux ambulatoires.
  • Injection de produit de contraste en radiologie.

 

Compétences

Les manipulations d’un cathéter à chambre implantable doivent être réalisées par des infirmières ayant été instruites et ayant effectué la technique sous la surveillance d'une personne expérimentée, pour validation.

 

Risques - prévention - précautions

Le cathéter à chambre implantable est fonctionnel aussitôt après la pose. Le traitement peut débuter dès que le chirurgien a vu la radiographie de thorax de contrôle et donné son accord.

Lors des manipulations, les principes d’asepsie doivent être scrupuleusement respectés.

Garder une ligne de perfusion, la plus simple possible sans rallonge ni robinet inutile.

Port de gants.

Se frictionner les mains avant et après le port de gants.

Port de lunettes, masque et surblouse si risque de projection de liquides biologiques ou de cytotoxiques.

N’utiliser que le matériel spécifique du cathéter à chambre implantable: aiguilles atraumatiques

Quel que soit le volume à injecter, toujours utiliser des seringues de 10 ml ou plus afin d’éviter la déconnexion du cathéter au niveau de la jonction Le clamp doit être fermé à chaque manipulation ou interruption du flux (changement de seringues, de perfusion, d’accessoires fermeture du DAVI etc.).
Chaque fois que le flux continu est interrompu et lors du retrait de l’aiguille, il faut effectuer l’injection d’un verrou pulsé de 20 ml de NaCl 0.9% en pression positive. (Cf. Mise en place de l’aiguille et utilisation et entretien du cathéter à chambre implantable)
Lors du retrait de l’aiguille toujours maintenir la chambre avec un dispositif. dont la longueur et le diamètre diffèrent.
Lors du pansement, ne pas exercer de traction au niveau du boîtier et ne pas fixer la tubulure  contre la peau. Tunnéliser la tubulure avec un film en polyuréthane.

Changer le pansement s’il y a un écoulement ou s’il n’est plus étanche.
Vérifier que la carte d'identification du cathéter à chambre implantable (N° du produit) et son livret (où sont notés la longueur de l’aiguille à utiliser, et tous les soins donnés avec désignation de l’acte, la date et signature du soignant) soient donnés au patient.


Techniques de soins à disposition :

 

Cas particulier

Le reflux de sang indique que l’aiguille est dans le boîtier.
En cas d'absence de reflux,  mesures à prendre en cas de complications / problèmes, avertir le médecin et selon situation faire pratiquer une radiographie de thorax (face debout les deux bras le long du corps) spécifique de recherche de Pinch-off (syndrome de la pince costo-claviculaire Il s’agit de la compression du cathéter dans la zone formée par la clavicule et la première cote) et une opacification du cathéter avec produit de contraste en angiographie.

 

Recommandations du fabricant

En cas de radiothérapie, il convient d’éviter une irradiation directe du cathéter à chambre implantable et donc de tenir compte au moment de son implantation d’une éventuelle irradiation ultérieure. En effet le cathéter à chambre implantable risque d’absorber et de réfléchir les rayons.
En cas de Tomodensitométrie et d’IRM, la déformation des images ne peut être complètement exclue. Ceci est dû à la présence de titane dans le boîtier.

 

Dernière mise à jour : 18/06/2020