Obstruction des voies lacrymales : Après les interventions chirurgicales

Que peut ressentir votre bébé après l’intervention ?

  • La paupière, le nez et/ou la zone qui l’entoure peuvent être légèrement douloureux au début.
  • Le nez et/ou le coin de l’œil sont enflés.
  • Un hématome peut se former au coin ou autour de l’œil et/ou au niveau du nez. Il peut persister jusqu’à deux semaines environ.
  • Une sensation de nez bouché peut être ressentie pendant quelque temps.

ATTENTION
Ne donnez à votre enfant aucun médicament sans en parler à votre médecin ou à l’anesthésiste. Certains médicaments modifient la coagulation du sang et peuvent entraîner des saignements parfois très graves.

Les bons gestes

  • Suivez les consignes et le traitement indiqué par l’ophtalmologue de votre bébé. En cas de douleur, des antalgiques lui sont prescrits.
  • Lavez-vous bien les mains avant de toucher ses yeux.
  • Nettoyez délicatement ses paupières.
  • Lavez-lui les fosses nasales avec un sérum physiologique pendant quelques jours.
  • En cas d’intubation des voies lacrymales, empêchez-le de se frotter l’œil.

Les gestes à éviter

  • Évitez de donner à votre bébé des aliments et des boissons chaudes les 24 premières heures après l’intervention. Cela peut provoquer des saignements.
  • Evitez de le moucher pendant les deux premières semaines. Essuyez-lui seulement délicatement le nez.

ATTENTION
Contactez l’ophtalmologue de votre bébé ou rendez-vous aux urgences si vous observez un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • Il saigne abondamment du nez, soit pendant plus d’une demi-heure, soit souvent pendant plusieurs jours.
  • Votre bébé ferme son œil et est anormalement gêné par la lumière.
  • Ses yeux sont rouges, chauds et/ou douloureux.
  • Le gonflement s’accentue.
  • Les sécrétions de ses yeux sont jaunâtres ou verdâtres.
  • Il a arraché un tube.

Comment évolue l’obstruction des voies lacrymales après les traitements ?

Les résultats des interventions sont généralement bons, voire excellents après quelques semaines.

Toutefois, il se peut que les voies lacrymales ne restent pas dégagées et que l’infection ou le larmoiement ne soit pas définitivement traité.

Une deuxième chirurgie, parfois différente de la première, peut alors s’avérer nécessaire.

 

Dernière mise à jour : 08/07/2020