Pourquoi a-t-il peur d’aller à l’école ?

Pourquoi a-t-il peur d’aller à l’école ?

Dr. Rémy Barbe Derrière le repli d’un enfant se cache très souvent une angoisse de séparation*. Explications avec le Dr Rémy Barbe, médecin adjoint au service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent.

Qu’est-ce que la phobie scolaire ?
C’est la crainte, sans raison, d’aller à l’école. Contrairement à la phobie des araignées ou des serpents, ce n’est pas forcément la peur qui est au premier plan, mais plutôt l'angoisse de séparation. Ce n’est pas parce que l’enfant a de mauvaises notes ou que le professeur ne l’aime pas qu’il va résister.

Comment s’installe-t-elle ?
De deux façons. Soit progressivement : il s’absente d’abord un petit peu, puis de plus en plus souvent pour finalement ne plus aller à l’école. La simple idée d’y retourner le rend véritablement malade ; il reste totalement paralysé chez lui. Soit du jour au lendemain, généralement après un événement survenu en famille comme un déménagement, une naissance, une maladie ou un décès. Cet événement modifie son rythme et le fragilise.

A quels moments ?
L’entrée à l’école ou au cycle d’orientation, correspondant au début de l’adolescence, sont les deux périodes les plus à risque.la phobie scolaire

1 à 2%

des enfants d’âge scolaire
(5-18 ans) souffrent
de phobie scolaire.

Définition *
L’angoisse de séparation est une anxiété excessive concernant la séparation d’avec la maison ou les personnes auxquelles l’enfant est attaché. Séparé de ceux qu’il aime, il est envahi de crainte d’accidents ou de maladies qui pourraient le toucher. Dominé par la peur de perdre les personnes qui lui sont chères, il va jusqu’à se renfermer sur lui-même.

Quels sont les principaux signes ?
Ils sont très variables : il panique, il a mal au ventre ou il pleure. Les symptômes sont parfois physiques comme de violentes douleurs à la tête. Cela peut se traduire dans les paroles : il crie, supplie qu’on le laisse à la maison, se cache, se sauve, s’enferme, menace de fuguer, voire de se suicider. Chez un adolescent, l’opposition, l’irritabilité et l’agressivité sont souvent au premier plan et peuvent cacher une dépression, nécessitant une prise en charge spécifique.

 

A quoi faut-il faire attention ?
Tous ces signes montrent qu’il y a un problème psychologique, mais ils ne sont pas une particularité de la phobie scolaire, pour laquelle c’est le fait de ne pas aller à l’école qui doit attirer l’attention des parents. Dès les premiers
symptômes
il est important qu’ils en parlent avec leur pédiatre ou avec un pédopsychiatre. Il ne faut pas laisser gagner du terrain à la crainte : plus le temps passe et plus elle risque de s’installer durablement ; moins l’enfant va à l’école et plus il aura du mal à y retourner.

Quel traitement ?
Le plus souvent un traitement psychologique une fois par semaine ou à la journée (lire ci-contre) est suffisant. Parfois, une hospitalisation est nécessaire.

< RETOUR

Dernière mise à jour : 05/10/2020