Covid-19 immunité chez les enfants et personnes de plus de 65 ans (Corona immunitas Genève)

L'étude s'est déroulée de Novembre à Décembre 2020. Elle se poursuit via la plateforme de suivi Specchio-COVID19.

Dans la continuité des études SEROCoV-POP et SEROCoV-WORK+, l’Unité d’épidémiologie populationnelle (UEP) lance une étude de séroprévalence des anticorps anti-SARS-CoV-2 concernant les enfants et leurs familles ainsi que les personnes de plus de 65 ans résidant dans le canton de Genève. Ces deux groupes d’âges (enfants, et plus de 65 ans) ont été choisis afin d’améliorer leur représentation statistique dans les études de séroprévalence actuelles.

L’étude s’inscrit dans le programme de recherche national Corona Immunitas qui vise à collecter des données épidémiologiques fiables et comparables à l’échelle de la Suisse sur l’immunité au SARS-CoV-2 (nouveau coronavirus responsable de la maladie COVID-19). Ce programme est coordonné par l’Ecole suisse de santé publique qui réunit 12 centres de recherche en santé publique. Il est soutenu et cofinancé par l’Office fédéral de la santé publique et plusieurs cantons, ainsi que par des partenaires privés. 

La Commission cantonale d’éthique de la recherche a approuvé cette étude. Elle est réalisée par les Hôpitaux universitaires de Genève et l’Université de Genève.

SEROCoV-POP

SEROCoV-POP, l’étude de séroprévalence des anticorps anti-SARS-CoV-2,  a eu lieu de Avril à Juin 2020 auprès de plus de 8’300 participants. Les résultats de l’étude, publiés dans The Lancet, révèlent qu’au moment du déclin de la première vague de la pandémie du Coronavirus, moins de 10% de la population genevoise seulement avait été infectée par le SARS-CoV-2.

Dans le contexte de la deuxième vague épidémique que traverse Genève en novembre 2020, l’UEP cherche à estimer la proportion de la population qui a développé des anticorps contre le SARS-CoV-2. Pour cela, 1'500 participants de l’étude SEROCoV-POP, âgés de 18 à 65 ans, sont invités pour un nouveau test sérologique. Ainsi, l’UEP aura une nouvelle « photographie » de la population ayant été exposée au SARS-CoV-2 à la fin de la deuxième vague.

Par ailleurs, tous les participants aux études de séroprévalence menées par l’UEP sont invités à  s’inscrire sur la plateforme de suivi Specchio-COVID-19.

Quel est le but de l'étude Corona Immunitas Genève ?

L’étude Corona Immunitas Genève cherche à préciser quelle proportion de la population a été exposée au SARS-CoV-2 depuis le début de l’épidémie en Suisse. Elle permettra de mieux comprendre la façon dont le nouveau coronavirus se transmet et évolue au sein de la population.

Qui peut participer à l'étude Corona Immunitas Genève ?

5'000 personnes ont été sélectionnées de manière aléatoire parmi la population résidente du canton de Genève, à partir des données du registre de la population de l’Office fédéral de la statistique. Sous réserve de la participation de l’enfant, tous les membres de son foyer sont également invités à rejoindre l’étude. Les personnes sont contactées par courrier.

Comment savoir si une personne a été exposée? 

Lorsqu’une personne a été exposée à un virus, elle produit des anticorps, que l’on peut retrouver dans son sang. Ceux-ci sont un signe que son système immunitaire s’est « battu » contre ce virus. Certains de ces anticorps (immunoglobulines de type G, appelés  IgG) peuvent même être détectés des années plus tard. Leur présence confirme donc une exposition au SARS-CoV-2.  

Comment se déroule l'étude Corona Immunitas Genève?

Les participants seront invités à remplir un questionnaire en ligne sur la plateforme digitale sécurisée Specchio-COVID19 et à effectuer un test sérologique (prise de sang), après avoir donné leur consentement.

Le questionnaire sera rempli par un adulte référent pour les personnes mineures, une version papier sera disponible pour les personnes ne disposant pas d’un accès à internet.

Un test sérologique identifie la présence ou l’absence d’anticorps spécifiques au nouveau coronavirus SARS-CoV-2 dans le sang. Il ne détermine pas une infection en cours, mais uniquement une infection ayant eu lieu durant les semaines ou mois précédents.

Que se passe-t-il après la visite?

Les résultats sont communiqués sur l’espace personnel sécurisé de la plateforme digitale Specchio-COVID19. L’équipe de recherche de l’étude est soumise au secret médical : aucune donnée médicale ne pourra être communiquée à un tiers. Seules des données agrégées, calculées sur un grand nombre de participants pourront être diffusées.  

Les participants et participantes de 18 ans et plus sont ensuite invités à rejoindre l’étude Specchio-COVID19. Il s’agit d’une étude de plus longue durée qui  suit l’évolution des symptômes, la santé, le mode de vie et la situation socio-professionnelle des participants. Pour cela, les participants devront remplir des questionnaires sur la même plateforme internet sécurisée. Des tests sérologiques complémentaires pourront leur être proposés.

Quels peuvent être les effets indésirables induits par l'étude Corona Immunitas Genève ?

Aucun médicament n’est prescrit dans le cadre de cette étude. La prise de sang peut occasionner au point de ponction un petit hématome ainsi qu’une légère douleur. La quantité de sang prélevée est de 6 ml chez les adultes et enfants de plus de 20 kg, de 5 ml chez les enfants entre  5-20 kg, et de 2.5 ml chez les enfants de moins de 5 kg.

Quels sont les avantages procurés par l’étude Corona Immunitas Genève ?

Les participants auront connaissance de leur statut sérologique contre le virus SARS-CoV-2, c’est-à-dire s’ils/elles ont déjà été exposés ou non. Le bénéfice principal de l’étude concerne avant tout la société dans son ensemble, pour laquelle une gestion optimale de l’épidémie est essentielle. La participation à l’étude Corona Immunitas Genève est entièrement gratuite. Aucune compensation financière n’est prévue.

Les données collectées sont-elles traitées de façon confidentielle ?

Toutes les données et échantillons de sang recueillis pendant l’étude sont codés lors de leur collecte, ce qui signifie que tout ce qui identifie les participants est remplacé par un code. Ce dernier reste en permanence au sein des HUG. Si des données doivent être transmises à d’autres institutions, elles sont toujours codées.

En aucun cas les données ne sont transmises à une tierce personne non investigatrice (membres de votre famille, assurances ou employeurs). Une transmission des résultats à votre médecin traitant ou celui de votre enfant ne peut se faire qu’avec l’accord formel du/ de la participante.

L’identité des participants n'apparaîtra jamais sur internet ou dans une publication. 

Toutes les personnes impliquées dans l’étude sont tenues au secret professionnel. 

Que deviennent les échantillons de sang ?

Si les participants y consentent, les échantillons biologiques seront conservés pour une durée de 30 ans dans la biobanque UEP-SEROCoV-WORK, localisée à la sérothèque des HUG. Le règlement de la biobanque peut être consulté sur demande. Après cette période de 30 ans, les échantillons sont détruits. Les échantillons récoltés ne sont pas commercialisés. Si les participants sont d’accord, ils pourront être réutilisés pour d’autres études qui feront l’objet d’une nouvelle demande à la Commission cantonale d’éthique de la recherche.

Plus d'infos : 

Dernière mise à jour : 16/03/2021