Colonne vertébrale (dos)

Partager Imprimer

Unité d’orthopédie et de traumatologie pédiatriques 
Hôpital des enfants 
Rue Willy Donzé 6 
1205 Genève 

+41 (0)22 372 40 01

Docteur
Romain Dayer

Image
Image
consultation colonne vertébrale
Photo
Image
Romain Dayer
Docteur Romain Dayer
Médecin adjoint et responsable de la filière colonne vertébrale
Téléphone

Principales pathologies de la colonne vertébrale 

Contenu

L’Unité d’orthopédie et traumatologie pédiatriques dispose d’une équipe dédiée à la prise en charge des enfants souffrant d’affections du rachis (colonne vertébrale).

Contenu
  • Scoliose  
  • Malformation du rachis  
  • Maladie de Scheuermann  
  • Ostéogénèse imparfaite  
  • Spina bifida  
  • Spondylolisthesis  
Contenu
  • Spondylodyse  
  • Torticolis  
  • Fractures  
  • Tumeurs des tissus mous  
  • Tumeurs osseuses

Zoom sur la scoliose

Contenu

Au cours des dix dernières années, les HUG ont réalisé de grandes avancées dans le domaine des chirurgies mini-invasives, notamment pour le traitement des scolioses. Depuis 2013, des techniques de fusion vertébrale (spondylodèse) mini-invasives y sont couramment pratiquées.   Et depuis 2020, des techniques chirurgicales sans fusion vertébrale, préservant la mobilité, sont aussi proposées pour certains patients (modulation de croissance vertébrale par voie thoracoscopique, vertebral body tethering (VBT)) 

Le saviez-vous ?

La scoliose idiopathique en chiffres : 

  • 5% : la prévalence de la scoliose dans la population. Dans la plupart des cas, les courbures sont légères et ne progressent pas. 
  • 15 ans : l’âge moyen d’intervention chirurgicale pour une scoliose idiopathique. 
  • 80% : la prévalence de filles dans les cas de scolioses idiopathiques sévères. 

Traitement de la scoliose

Contenu

Pour réaligner la colonne vertébrale et stopper la progression de la scoliose, l’opération peut parfois se révéler nécessaire (courbures majeures dépassant 40° chez les jeunes en croissance). La chirurgie mini-invasive, évolution de la technique classique de correction de la déformation rachidienne de la scoliose, présente de nombreux avantages. Elle permet une réduction du séjour hospitalier, une diminution des douleurs et des pertes sanguines, tout en offrant une puissance de correction comparable à la technique standard traditionnelle. 

L’intervention, pratiquée par une équipe chirurgicale expérimentée, est réalisée sous contrôle électrophysiologique (appelé neuromonitoring) afin de surveiller la fonction de la moelle épinière pendant la chirurgie. 

Cette approche novatrice est une alternative plébiscitée dans le traitement de la scoliose idiopathique (dont la cause n’est pas connue).  

La prise en charge mini invasive de la scoliose idiopathique proposée par l’équipe d’orthopédie et traumatologie pédiatriques de l’Hôpital des enfants est unique en Suisse. Plus de 160 jeunes en ont déjà bénéficié.

Dernière mise à jour : 31/05/2022