Vessie neurologique

Partager Imprimer

Définition

Il s’agit d’un trouble de la fonction vésicale dû soit à une mauvaise innervation de la vessie, soit à un mauvais fonctionnement du muscle vésical lui-même.

Cause

Il s’agit en général de maladies neurologiques connues pour avoir des répercussions sur la vessie (malformation de la moelle épinière, infirmité motrice cérébrale, …). Il peut également s’agir de problèmes urologiques qui obstruent la sortie de la vessie, et qui vont avoir pour conséquence d’endommager le  muscle vésical et son innervation.

Diagnostic et examens

L’examen principal pour diagnostiquer une vessie neurologique, puis suivre l’évolution de la fonction de la vessie au cours des années est l’urodynamique. Bien sûr, un interrogatoire précis, un examen neurologique approfondi, un bilan radiologique urinaire et médullaire sont également important pour permettre de comprendre le comportement de la vessie neurologique et d’évaluer le retentissement sur la fonction du haut appareil urinaire (reins et uretères).

Evolution spontanée

L’évolution naturelle d’une vessie neurologique se fait vers une altération progressive de la fonction de réservoir de la vessie avec une incontinence et des infections à répétitions. Il va aussi se créer un régime de fonctionnement à haute pression qui va progressivement endommager les reins.

Traitement

Le traitement a deux objectifs principaux :

  • préserver le haut appareil urinaire
  • Permettre une sécheresse urinaire socialement acceptable.

Ces deux objectifs sont atteints conjointement en prenant des mesures qui vont permettre de donner à la vessie une bonne capacité de contenance liquidienne, ceci sans pressions élevées (amélioration de la fonction de stockage de la vessie). D’autres mesures permettront de bien vider la vessie, complètement et sans douleurs (amélioration de la fonction de vidange de la vessie).
Ces mesures peuvent être comportementales, médicamenteuses ou chirurgicales.
Il est fondamental que ces enfants soient suivis régulièrement, pendant toute leur croissance par  dans une équipe multidisciplinaire spécialisée, avec des néphrologues, urologues, neurochirurgiens et physiothérapeutes.

 

< RETOUR

Infos maladies rares

Dernière mise à jour : 02/10/2019